Revue de presse - Peuple de France: Taxe d’habitation : les victimes de Macron s’organisent

lundi 15 octobre 2018

Taxe d’habitation : les victimes de Macron s’organisent

Je ne vais pas tourner autour du pot : la taxe d’habitation de mon village, dont je viens de recevoir l’imprimé, a explosé : 570 euros de plus qu’en 2017. Sans explications, évidemment, sans excuses. C’est comme cela, circulez, payez, y a rien à discuter !
Je ne vais pas tourner autour du pot : la taxe d’habitation de mon village, dont je viens de recevoir l’imprimé, a explosé : 570 euros de plus qu’en 2017. Sans explications, évidemment, sans excuses. C’est comme cela, circulez, payez, y a rien à discuter !

L’authenticité de mes propos est importante à prouver et, pour cette raison, je vais citer le nom du village et donner des chiffres sans appel.


À ma retraite, je me suis installé dans un paisible coin de Provence au pied du Luberon, face à la Durance, dans le département du Vaucluse. Après avoir baroudé à travers le monde pendant un demi-siècle, je pensais avoir trouvé un havre de paix, loin du bruit des grandes villes et de la tourmente de Paris.

Le village est perché sur une falaise qui domine la vallée de la Durance et compte environ 4 000 habitants avec une majorité de retraités, professions libérales et surtout agriculture qui a totalement disparu de la commune.

Le Vaucluse est le département le plus pauvre de France, il n’a pas beaucoup d’industries. Lauris, le village en question, ne possède aucune zone commerciale, aucune zone artisanale. Son budget dépend entièrement des taxes foncière et d’habitation. Premier déséquilibre qui perturbe les finances de la mairie. Seuls les contribuables seront visés pour alimenter les caisses.

Pendant six ans, j’ai été adjoint à la culture (refusant d’être le maire car voyageant trop souvent à l’étranger) et j’ai vu l’horreur de travailler sur un budget. Dans le cas de la culture et des subventions, je les ai réduites de 123 000 euros à 75 000 euros la première année, vu le gaspillage et les aides données au nom d’un certain copinage ou d’un favoritisme déplacé. Cela m’a valu une brutale séance avec quelques conseillers municipaux et le maire qui n’admirent pas qu’on sucre leurs copains de pétanque ou leurs adhérentes du club de couture.

Il semblait que, jusqu’en 2017, malgré les baisses des dotations de l’État et la suppression de quelques emplois aidés, le conseil municipal s’en sortait .

Mais 2018 s’annonça d’un très grand péril pour les retraités : augmentation de la CSG, blocage des pensions par un gel des points puis le coup de masse, l’augmentation du taux de la taxe d’habitation.

Lauris, d’après l’étude du Vaucluse, est la commune qui a le plus augmenté son taux (+ 14,67 %) de toute la région. Suivent Faucon (nous, à Lauris, on en est des vrais !) 8,9%, Sannes 6,1%, Monieux 6,03 %. Ce qui fait qu’on est de 11,94 % de plus que la suivante.

De plus, la discrimination est évidente à l’intérieur de la commune car la carte montre que deux quartiers sont particulièrement touchés, dont le mien. Selon un graphique, l’augmentation, en baisse pour une minuscule partie de Lauris, de zéro pour une large partie du village, de 5 % et de 10 % pour plusieurs pâtés de maisons, est de 14,67 % pour une fraction du vieux village.

La justification du maire est que certaines rues demandent plus d’entretien que d’autres, que ce quartier est difficile à desservir, ramassage des poubelles, nettoyage des rues, parking compliqué. Les résidences dans l’espace ouvert de la plaine, au pied du village, ne demandent pas autant d’efforts d’organisation et donc sont moins taxées. C’est de l’impôt à la carte, indigne de l’égalité affichée sur le fronton de la mairie. Nous, dans ce quartier des Carrelets, sauvé au cours des années 70/80 de la destruction rapide, preuve qu’il fait partie du patrimoine de Lauris, devenons les victimes d’un préjugé du conseil municipal qui, je l’avoue, est de tendance écologie style naïf.

Comme dans toute la France, la solidarité s’estompe, certains paient pour les autres, les retraités pour les miraculés de l’IFI, les vieux quartiers pour les nouveaux lotissements. L’abîme entre favorisés et maltraités se creuse, même à l’échelle locale. Les divisions deviennent de plus en plus nettes et la politique Macron et dans Lauris, l’écologie bobo ne font qu’aggraver le fossé entre Français.

Il est indiqué que le taux communal est passé de 12,05 % en 2017 à 15,05 % en 2018, tandis que la taux intercommunal reste le même : 8,4 %. Il apparaît une augmentation de 17 euros pour la région et de 544 euros pour la commune de Lauris.




Inutile de se lancer dans des explications impensables, j’ai donné un exemple précis de ce qui s’est passé dans le beau village provençal de Lauris, au pied du Luberon.

Il y a sans doute d’autres exemples à travers la France et il serait bon d’en connaître les dimensions. C’est pour cela que je lance cet appel :

Enquête sur toute la France :

Ces jours-ci, vous avez reçu votre taxe d’habitation. Même avec la réduction d’un tiers promise par Macron ce montant a quelquefois augmenté.

Mais pour les dindons que sont les 20 % qui ne bénéficient pas de la baisse, et c’est mon cas, l’augmentation que je subis est de 570 euros pour 2018.

Dans une lettre envoyée à Macron, je fais part de ma colère d’être ainsi pris pour le gogo qui paie pour les riches.

Je vous demande de communiquer sur le mail : retraitesspolies@gmail.com

Les renseignements recherchés :

Montant de l’augmentation de la taxe d’habitation UNIQUEMENT en % et en euros

Votre département

Votre commune

Nous ferons un tableau au fur et à mesure des réponses et l’enverrons à Macron et aux journaux.

Merci de participer (votre prénom ou anonyme, si vous le souhaitez) à ce questionnaire. Un de plus, direz-vous, mais celui-ci est pour nous défendre.

André Girod pour ripostelaique.com

Sur le même thème lire aussi:



3 commentaires:

  1. Bonjour, il faut s'organiser et préparer la lutte.ASSEZ DE DISCOURS ; DE L'ACTION!!!

    RépondreSupprimer
  2. vous avez raison , il faut faire quelque chose

    RépondreSupprimer
  3. La dessus, je ne peux rien dire, je viens d'avoir la bonne surprise de voir que ma taxe à vraiment baissée de 30 % et ce malgré un taux d'imposition très élevé dans notre commune 17,44 en 2017 mais heureusement le taux n'a pas changé en 2018, ce qui fait que l'on bénéficie d'une réduction de 30 % ce n'est pas grand chose, quand on voit toutes les taxes que l'on subit sur l'essence et le fuel domestique, mais c'est quand bon à prendre.

    RépondreSupprimer

Participer à la discussion

Articles à lire aussi

Faire un don à Peuple de France avec PayPal