Revue de presse - Peuple de France: Retraite en baisse, taxe d'habitation en hausse: Monsieur le Président, "Je dénonce publiquement votre mensonge"

www.peupledefrance.com

Recherche sur le web

mardi 9 octobre 2018

Retraite en baisse, taxe d'habitation en hausse: Monsieur le Président, "Je dénonce publiquement votre mensonge"

"J’ai vu ma retraite amputée de 53 euros par mois, soit un total de 636 euros pour 2018. Puis je viens de recevoir ma taxe d’habitation qui a été augmentée de 570 euros par rapport à 2017."
"J’ai vu ma retraite amputée de 53 euros par mois, soit un total de 636 euros pour 2018. Puis je viens de recevoir ma taxe d’habitation qui a été augmentée de 570 euros par rapport à 2017."

Monsieur le Président,

Toute ma carrière, j’ai œuvré pour la France à l’étranger et en particulier aux États-Unis.
Avec l’idée révolutionnaire de la « classe franco-américaine », j’ai attiré vers l’étude de notre langue  plus de quatre millions d’enfants américains du niveau de l’école primaire, dont beaucoup se faisaient ensuite inscrire dans les cours de français au niveau du collège ou du lycée. Ce qui, vers 1980, permit à la langue française de reprendre la première place parmi les langues étrangères enseignées en Amérique.

Cette initiative et ce travail en profondeur m’ont valu des récompenses et des remerciements de la part de nombreuses personnalités américaines. Par des lettres personnelles, le président Barack Obama et la sénatrice Hillary Clinton m’ont félicité des résultats obtenus dans l’amitié franco-américaine. Du côté français, les louanges pour ce succès m’ont été envoyées par de nombreux maires, députés et ministres français.

De plus, j’ai été fait citoyen d’honneur de plusieurs villes américaines dont Springfield, la capitale de l’Illinois et ville d’Abraham Lincoln. Je me permets de joindre copie de tous ces documents pour vous montrer l’authenticité et l’efficacité de ce programme.

En 2002, je rentrai en France, dans le Midi, pour profiter d’une retraite que je croyais honnête et méritée. Pour ne pas rester inactif et mettre mes talents au service de la région, j’ai acheté une vieille usine à cerises (sic) et l’ai transformée en un magnifique jardin avec mosaïques, fresques, sculptures et fontaines ouvert jusqu’en 2017 au grand public. De multiples activités y étaient offertes : concerts, ateliers, expositions, conférences. Voir « Jardins de Magali, Lauris ».

Je pensais que ma retraite serait utile et sereine. J’étais heureux de revenir dans mon pays et de partager mes expériences et mes initiatives dans mon village du Luberon.

Or, depuis janvier 2018, par une décision injuste et pénalisante, vous avez augmenté la CSG, réduisant ainsi notre pouvoir d’achat. Puis vous avez gelé les pensions et les prix n’ont cessé de grimper, laissant de nombreux retraités dans la misère. Dernièrement vous leur avez dit de « ne pas se plaindre » car il leur restait suffisamment pour être heureux.

Ce qui n’est pour vous qu’une « péripétie » est, pour des millions de Françaises et de Français âgés, un drame qu’ils ont du mal à accepter.

Pour ma part, je ne me plaindrai pas, parce que je n’ai pas l’habitude de le faire, mais je suis redevenu un insoumis et un homme d’action. Aux États-Unis, on m’appelait « the tireless promoter » mais, à la retraite, je reprends le flambeau d’un « promoteur infatigable » contre votre politique, en mon nom et en celui de tous les retraités. Avec mon expérience de l’organisation et mon sens de la solidarité, j’ai décidé de vous mener une guerre électorale. Grâce à de nombreux réseaux (anciens participants à la classe franco-américaine, visiteurs des « Jardins de Magali » créés de mes propres mains, blogs et nombreux articles et livres publiés), je chercherai à influencer le plus de retraités possible à voter contre tout candidat LREM aux européennes.

Il est temps, depuis votre élection, de mettre fin à votre arrogance, à ces mots qui humilient, blessent, abaissent et réduisent à des citoyens de seconde classe toutes celles et tous ceux qui ont aidé à remonter la France après la guerre et ont participé activement aux « Trente Glorieuses ».

Oui, Monsieur le Président, nous les anciens que vous méprisez sommes encore assez vaillants pour vous donner la leçon que vous méritez.

De plus, je dénonce publiquement votre mensonge lorsque vous déclariez ne pas toucher au niveau de vie des retraités. Mon cas personnel illustre parfaitement cette odieuse politique que vous menez contre nous :

J’ai vu ma retraite amputée de 53 euros par mois, soit un total de 636 euros pour 2018. Puis je viens de recevoir ma taxe d’habitation qui a été augmentée de 570 euros par rapport à 2017. Je suis, comme des centaines de milliers de retraités, pris entre deux feux : nous sommes trop riches pour bénéficier de la baisse de la taxe d’habitation et pas assez riches pour profiter de cette injuste réduction de l’impôt sur la fortune.

Pour bien vous démontrer votre démarche d’humiliation envers moi et des millions de Français, je joins copie des avis de taxes.

Non, Monsieur le Président, on ne se taira pas, on ne se terrera pas au fond de nos campagnes, nous ne nous plaindrons pas non plus car nous allons agir et nous défendre, par notre vote aux européennes pour commencer. Nous n’avons plus d’écoute de votre part mais nous ne resterons pas silencieux, car un bulletin de vote aura la valeur d’une contestation.

Enfin, pour terminer, je prends une audacieuse décision d’insoumis : je ne paierai pas l’augmentation de ma taxe d’habitation et ferai un règlement qui correspondra à la taxe diminuée d’un tiers.

Je n’ai pas peur d’affronter une administration qui tentera de me réduire au silence et qui m’infligera menace de procès et pénalisations. J’y suis habitué car j’ai déjà affronté, par mon insoumission en 1963, l’administration militaire, ce qui m’a valu d’être condamné. À mon âge, je ne crains plus rien, je me sens aussi fort qu’à vingt ans et j’utiliserai cette menace pour transformer la démarche en tribune contre votre politique.

Soyez sûr que ma voix sera entendue haut et fort à travers la France et que vous ne serez pas le gagnant dans cette joute.

Pour terminer, une copie de cette lettre est envoyée à tous les médias, aux membres de votre gouvernement, à votre femme, retraitée comme nous, et à la presse étrangère.

Je pense que, dans ce combat électoral, nous les retraités sommes à armes égales avec votre gouvernement.

Salutations distinguées.

André Girod pour ripostelaique.com

P-S – Vu votre mépris, je suis certain que vous ne vous abaisserez pas à répondre à ce courrier.

Sur le même thème lire aussi:




5 commentaires:

  1. merci monsieur pour ce que vous dites , moi je l'ai dit , écrit , écrit mais avec des mots , mes mots , je vous remercie encore une fois de ce que vous avez fait et je serais avec vous , car ce type nous prends pour des moins que rien , nous juge débiles , séniles , fainéants , alcoolos, et ça je ne peux le supporter , j'ai travaillé plus de 50 ANS sans rien demander , sans mendier , sans profiter de cette société qui nous rejette par le fait d'un homme abruti qui se prend pour " dieu "
    , narcissique , méprisable , puant , alors oui monsieur je n'ai pas pas voté pour barbouze et ne voterais jamais pour lui ni pour ses ministres qui se sont vendus à lui , ni pour des dèputès qui nous traitent comme des merdes , alors encore une fois, merci et je suis avec vous ainsi que beaucoup , beaucoup de retraitées et retraités.Michèle

    RépondreSupprimer
  2. Cette révolte des retraités peut très bien venir des campagnes, contrairement à ce que certains croient.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour monsieur. Respect. Je serais à la retraite dans 5 ans. Je suis solidaire pour mes parents, amis et ceux qui ont cotisé pour leut retraite. Retroussons nos manches. De tout coeur avec vous. Battons nous pour nos acquis. On cotisé. Petit merdeux pour qui je N ai pas voté.

    RépondreSupprimer
  4. si je compte bien , vus avez une retraite de 3500,00 par mois, ce qui est appréciable par rapport aux anciens agriculteurs (par exemple) qui ne touche que 600,00 par mois.
    Au sujet de la taxe d'habitation veuillez voir avec votre commune .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous comptez mal car c est 3100 euros et de plus cette personne a travaillée et cotisé pour contrairement à certains qui touchent des minimas sans avoir cotisés

      Supprimer

Participer à la discussion

Nous avons besoin de vous ! Soutenez Peuple de France en faisant un don.



Articles à lire aussi