Revue de presse - Peuple de France: Le responsable d'un syndicat de police à ses collègues: « Vous me cassez les c... ! »

samedi 27 octobre 2018

Le responsable d'un syndicat de police à ses collègues: « Vous me cassez les c... ! »

Le représentant du SGP-FO, deuxième syndicat de policiers en tenue, n'a pas apprécié que ses collègues lui demandent de déplacer sa voiture.
Le représentant du SGP-FO, deuxième syndicat de policiers en tenue, n'a pas apprécié que ses collègues lui demandent de déplacer sa voiture.

«  Vous me cassez les couilles, j'en ai marre d'être emmerdé par des gens comme vous. Je vous chie dessus... de toute façon, il n'y a pas que moi qui pense ça.  » Cette sortie de la part d'un individu apparemment énervé s'adresse à des policiers de Seine-Saint-Denis.
Mais leur auteur, Arnaud Leduc, ne porte pas ni «  survêt  » ni casquette à l'envers. Il est lui-même policier, délégué du syndicat SGP-FO, la deuxième organisation des policiers en tenue. Ce fonctionnaire irascible ne supporte pas que ses collègues le traitent comme les autres. La séquence s'est déroulée le 17 octobre. Elle a fait l'objet de plusieurs rapports hiérarchiques remontés jusqu'au patron de la police du département.

À l'origine du courroux du syndicaliste, le simple stationnement de son véhicule dans l'enceinte de la direction territoriale de la sécurité publique à Bobigny. Pour des raisons pratiques et pour faire respecter les consignes de sécurité en période de Vigipirate, les voitures y sont admises au compte-gouttes. Les gradés et l'adjoint de sécurité présents ce jour-là n'ont pas empêché le permanent de FO de demeurer à son emplacement. Simplement, ils obéissent à des ordres.

Lesquels stipulent que les syndicalistes peuvent se garer, mais seulement de manière temporaire, le temps de s'acquitter de leurs tâches syndicales.

L'invitation à déplacer son véhicule n'a donc pas plu au représentant du SGP-FO : «  Je me casserais quand j'en aurais envie  », a-t-il asséné à ses collègues en tenue. Tous ont rapporté par écrit la même version à leur chef, à l'insulte près. «  Cela me fait bizarre que ces propos soient dits par un fonctionnaire de police  », a expliqué un témoin, lui-même gardien de la paix.

[...]

En savoir plus sur lepoint.fr

Sur le même thème lire aussi:


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Articles à lire aussi

Faire un don à Peuple de France avec PayPal