Revue de presse - Peuple de France: Menus sans porc à Beaucaire : “La décision du tribunal ne changera rien !”

www.peupledefrance.com

Recherche sur le web

mercredi 10 octobre 2018

Menus sans porc à Beaucaire : “La décision du tribunal ne changera rien !”

Le tribunal administratif a retoqué mardi 9 octobre la décision du maire (Rassemblement national) de Beaucaire, Julien Sanchez, de supprimer les menus de substitution dans les cantines scolaires de sa commune. Contacté par Valeurs actuelles, l'élu assure qu'il ne reviendra pas sur sa décision.
Julien Sanchez
Le tribunal administratif a retoqué mardi 9 octobre la décision du maire (Rassemblement national) de Beaucaire, Julien Sanchez, de supprimer les menus de substitution dans les cantines scolaires de sa commune. Contacté par Valeurs actuelles, l'élu assure qu'il ne reviendra pas sur sa décision.

Valeurs actuelles. Le tribunal administratif a annulé votre décision de supprimer les menus de substitution, mais s'est essentiellement prononcé sur la forme. Qu'est-ce que cette décision change pour vous ?

Julien Sanchez. Rien du tout ! Mon prédécesseur avait instauré des menus de substitution à l'école, seul, sans délibération du conseil municipal. Considérant que l'interdit religieux n'avait pas sa place à l'école, j'ai voulu supprimer ces menus de la même manière. C'est cette décision unanime de ma part qui est en cause. Sauf qu’entre temps, le conseil municipal a adopté fin juin un nouveau règlement intérieur des temps périscolaires, qui interdit d'accéder aux demandes de repas de substitution fondées sur des motifs religieux. Cette délibération s'est faite dans les règles et n'a pas été attaquée dans le délai de deux mois. Elle est donc désormais pleinement en vigueur et ne peut plus être remise en cause par le tribunal administratif. En clair, le juge a retoqué la suppression des menus de substitution pour la seule période janvier-juin.

Vos opposants semblent déterminer à vous faire plier sur cette question, quitte à déposer d'autres recours. Êtes-vous inquiet ?

Plusieurs associations ont effectivement fait savoir qu'elles étudiaient les recours possibles. Ces avertissements ne m'inquiètent pas. Les règles ont été respectées, les délais ont couru légalement. Même le préfet, qui s'était joint à la première plainte, ne peut remettre en cause la délibération du conseil municipal.

[...]


Sur le même thème lire aussi:



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Nous avons besoin de vous ! Soutenez Peuple de France en faisant un don.



Articles à lire aussi