Revue de presse - Peuple de France: Locaux de SOS Méditerranée envahis : 56 personnalités demandent l'abandon des poursuites contre Génération Identitaire

jeudi 18 octobre 2018

Locaux de SOS Méditerranée envahis : 56 personnalités demandent l'abandon des poursuites contre Génération Identitaire

Après l'interpellation de plus de 20 membres de Génération Identitaire il y a 10 jours, dans les locaux de SOS Méditerranée, une cinquantaine de personnalités prennent la plume pour réclamer l'abandon des charges qui pèsent contre eux.
Après l'interpellation de plus de 20 membres de Génération Identitaire il y a 10 jours, dans les locaux de SOS Méditerranée, une cinquantaine de personnalités prennent la plume pour réclamer l'abandon des charges qui pèsent contre eux.


Le 7 octobre, des membres de Génération identitaire ont brièvement envahi les locaux de l'association d'aide aux migrants SOS Méditerranée, déployant une banderole dénonçant l'aide aux clandestins apportée par l'ONG. Une opération qui a valu à 22 d'entre eux d'être immédiatement arrêtés par les forces de l'ordre et d'être mis en examen pour « violences en réunion », « séquestration », « participation à un groupement en vue de commettre des violences » et « enregistrement et diffusion d'images violentes ». Aujourd'hui, 56 personnalités, parmi lesquelles l'ex-ministre Thierry Mariani, le maire de Béziers Robert Ménard ou encore l'élu de Paris Charles Beigbeder, cosignent un appel à abandonner les poursuites contre les membres de Génération identitaire.

Pourquoi nous soutenons l'action de Génération Identitaire dans les locaux de SOS Méditerranée


Parce que l'occupation des locaux de SOS Méditerranée le 5 octobre 2018 a été menée de façon pacifique. Il n'y a pas eu d'effraction, la porte du siège a été ouverte par les membres de l'association. Il n'y a pas eu de « séquestration », les activistes pro-clandestins ont pu sortir librement. Aucun coup n'a été porté ni reçu. Ni le mobilier, ni la façade de l’immeuble n’ont été endommagés.  

Parce que cette non-violence a été confirmée par le porte-parole de la Direction départementale de la sécurité publique des Bouches-du-Rhône en ces termes : « aucune personne n'a été blessée et les interpellations se sont déroulées sans incident ». La porte-parole de SOS Méditerranée a, elle aussi, reconnu l’absence de violence.

Parce que la répression contre les militants identitaires relève de l'acharnement politique et non du droit. Pour cette occupation symbolique d'une heure, les 22 militants de Génération Identitaire ont été placés en garde à vue durant 2 jours et deux nuits. La longueur de cette garde à vue ne se justifiait pas. Il s'agit d'une décision politique venue du Ministère de l'Intérieur. Libérés le dimanche 7 octobre en fin d'après-midi, les 22 militants devront se soumettre à un contrôle judiciaire. Ils sont mis en examen notamment pour « violence en réunion » et « séquestration », deux charges imaginaires qui visent uniquement à criminaliser une simple occupation temporaire de locaux.

Parce que l'action de Génération Identitaire est justifiée par les agissements délétères de SOS Méditerranée. 30 000 clandestins transportés en trois ans depuis les côtes libyennes alors même que, selon un rapport d'Interpol, 90% des passages de migrants vers l'Europe ont été organisés par des réseaux criminels.

[...]

En savoir plus sur valeursactuelles.com

Sur le même thème lire aussi:




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Articles à lire aussi

Faire un don à Peuple de France avec PayPal