Revue de presse - Peuple de France: Élisabeth Borne visée par des accusations de conflit d'intérêts

www.peupledefrance.com

Recherche sur le web

jeudi 11 octobre 2018

Élisabeth Borne visée par des accusations de conflit d'intérêts

Le rôle de la ministre des Transports dans l'attribution du marché de la future A79 fait polémique. Eiffage, son ex-employeur, veut décrocher le contrat.
Le rôle de la ministre des Transports dans l'attribution du marché de la future A79 fait polémique. Eiffage, son ex-employeur, veut décrocher le contrat.

L'affaire tombe mal. Alors que le gouvernement est en sursis, remaniement oblige, Élisabeth Borne fait face à des accusations de conflit d'intérêts. La ministre des Transports est sous le feu des critiques depuis que l'État s'est lancé dans la sécurisation de la très meurtrière route Centre-Europe Atlantique (RCEA), révèlent nos confrères du Monde mercredi 10 octobre. Et pour cause, l'ancien employeur d'Élisabeth Borne, Eiffage, a répondu à l'appel d'offres.

Le géant du BTP s'est en effet positionné pour rénover la N79, une portion de la RCEA qui traverse l'Allier et la Saône-et-Loire, particulièrement accidentogène. La partie sillonnant la Saône-et-Loire doit être transformée aux frais de l'État en deux voies, tandis que celle qui parcourt l'Allier doit être « transformée en autoroute [l'A79, NDLR] concédée à péage sur 92 kilomètres » d'ici à 2022, indique le quotidien. C'est ce second projet qu'aspire à piloter Eiffage, à l'instar de quatre autres consortiums. La réponse devrait tomber d'ici quelques semaines.


Or, la ministre des Transports est compétente pour trancher. Problème : Élisabeth Borne a travaillé en 2007 et 2008 chez Eiffage en tant que directrice des concessions. « On est dans la définition du conflit d'intérêts. Dans un cas pareil, la ministre devrait se déporter », argue un spécialiste du secteur dans les colonnes du Monde. Ce dernier propose une alternative : rendre public le rapport de la commission technique sur laquelle doit se baser la ministre pour prendre sa décision afin que « la décision ne fasse l'objet d'aucune suspicion ».

Contacté par Le Monde, le cabinet d'Élisabeth Borne balaye toute accusation de conflit d'intérêts. 

[...]

En savoir plus sur lepoint.fr

Sur le même thème lire aussi:


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Nous avons besoin de vous ! Soutenez Peuple de France en faisant un don.



Articles à lire aussi