Revue de presse - Peuple de France: Un clandestin accusé d'avoir violé une bénévole d'une association d’aide aux migrants

mardi 16 octobre 2018

Un clandestin accusé d'avoir violé une bénévole d'une association d’aide aux migrants

Le quotidien « La Voix du Nord » a signalé ce fait divers, mais il n’a pas été repris par les chaînes de télévision et nous l’apprenons par le média espagnol « Casoaislado ».
Le quotidien « La Voix du Nord » a signalé ce fait divers, mais il n’a pas été repris par les chaînes de télévision et nous l’apprenons par le média espagnol « Casoaislado ».

Le 4 octobre, à Calais (Nord), une jeune femme bénévole et très engagée dans la défense de l’arrivée massive de migrants illégaux, a été violée par un migrant d’origine marocaine, également volontaire dans la même association d’accueil des migrants.


Il l’a entraînée dans le camping « Les Palominos » et l’a forcée à avoir une relation sexuelle non consentie.

L’association a confirmé avoir « expulsé » le volontaire et apporté toute son aide à la jeune victime qui a dénoncé ce viol.

Le procureur, Pascal Marcouville, a déclaré que la plainte pour viol avait été enregistrée au commissariat de Calais.

Ce n’est pas la première fois qu’une bénévole d’association, partisane d’une immigration massive, est violentée.

« Casoaislado » signale également que le 3 octobre a comparu devant les magistrats de Viscaya (Pays basque espagnol), un migrant d’origine marocaine accusé d’avoir pratiqué un viol anal, avec l’aide d’un complice, sur une jeune fille de 14 ans, lors des fêtes d’Halloween, en 2016, dans la cité de Lejona.

Il a affirmé ne pas connaître la fillette, qu’il avait auparavant saoulée, mais n’a pas pu expliquer clairement la présence de l’ADN de la petite fille à l’intérieur de son caleçon.

Cependant, les magistrats ont décidé, contre toute attente, de le laisser en liberté.

Ils ont estimé que la petite fille avait été « l’objet passif » de cette introduction anale et que la culpabilité des migrants n’était pas démontrée.

On peut se demander comment l’ADN de cette fillette a pu se retrouver dans le caleçon du migrant s’il n’a eu aucune relation avec elle, passive ou non ?

Toujours de la même source espagnole, la police de Torre del Mar, une localité proche de Malaga (Andalousie) a appréhendé dimanche, dans les premières heures de la matinée, un migrant d’origine marocaine, âgé de 41 ans, qui agressait et tentait de violer en pleine rue une jeune femme de 21 ans.

La patrouille de police qui passait à ce moment-là a mis fin à cette agression violente.

Manuel Gomez

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Articles à lire aussi

Faire un don à Peuple de France avec PayPal