Revue de presse - Peuple de France: Benjamin Griveaux ne veut pas de RT France en salle de presse de l'Elysée

mardi 23 octobre 2018

Benjamin Griveaux ne veut pas de RT France en salle de presse de l'Elysée

Dans un entretien à PureMédias, le porte-parole du gouvernement a justifié le non-accès des journalistes de RT à la salle de presse de l'Elysée, au seul motif que le média était financé par un Etat étranger, ce qui en ferait un outil de «propagande».
Dans un entretien à PureMédias, le porte-parole du gouvernement a justifié le non-accès des journalistes de RT à la salle de presse de l'Elysée, au seul motif que le média était financé par un Etat étranger, ce qui en ferait un outil de «propagande».

«Il y a deux organes de presse que je refuse dans la salle de presse de l’Elysée, c’est Russia Today et Sputnik, parce que je considère que ce ne sont pas des organes de presse. C'est de la propagande financée par un Etat étranger» : c’est ce qu’a répondu ce 22 octobre le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux, à un journaliste du site PureMédias, qui lui demandait pourquoi «RT France [était] interdit d'entrée à l'Elysée». Une discrimination fondée donc sur le financement public russe de RT France et de Sputnik – alors même que d'autres médias tels que la BBC ou Al Jazeera se trouvent dans la même situation. Est-ce légal ? Benjamin Griveaux ne le dit pas.

«Je sais faire la différence entre la propagande payée par un Etat étranger et un journalisme d’opinion qui ne nous épargne pas mais qui respecte les codes du journalisme et les déontologies du journalisme», a encore martelé le secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre, sans étayer ses propos et même si les journalistes de RT France se voient remettre, comme tous autres journalistes, une carte de presse française.



Ces accusations non justifiées faisaient suite à un argumentaire en faveur de la proposition de loi controversée sur la «manipulation de l'information», développé par Benjamin Griveaux dans l'entretien qu'il a eu avec PureMédias. Se rangeant non sans ironie dans le camp des «amoureux de la liberté», le porte-parole du gouvernement a estimé que ce texte, porté par le gouvernement et la majorité présidentielle, pourrait permettre de lutter plus efficacement contre «les officines tenues par des Etats étrangers qui ont vocation de déstabiliser des candidatures en Europe».

Si l'antipathie du président de la République et du gouvernement pour RT France n'est pas nouvelle, c'est la première fois que l'exécutif français déclare refuser que des journalistes de RT France accèdent à la salle de presse de l'Elysée pour des motifs autres que formels.

[...]

En savoir plus sur francais.rt.com

Sur le même thème lire aussi:



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Articles à lire aussi

Faire un don à Peuple de France avec PayPal