Revue de presse - Peuple de France: Que Macron cesse d’insulter le peuple de France !

samedi 1 septembre 2018

Que Macron cesse d’insulter le peuple de France !

Le président Emmanuel Macron s’est encore lâché. Il n’a pas pu s’empêcher de critiquer le peuple de France !
Le président Emmanuel Macron s’est encore lâché. Il n’a pas pu s’empêcher de critiquer le peuple de France !

Quand il réalise qu’en France les Gaulois n’avaient pas apprécié, il dit que c’était de l’humour ! Nous manquerions d’humour ! Sans doute comme en Algérie, au sujet des « crimes contre l’humanité » ! De l’humour ou du mépris ?


Parce qu’il faut vraiment mépriser le peuple de France, les Français, pour faire de l’humour sur son dos quasi à chaque fois qu’il est en visite à l’étranger.

Le président Macron est élu, répondent certains, et je ne peux pas m’empêcher de me demander si notre démocratie est bel et bien à la hauteur des désirs des Français lorsque l’on voit l’importance des abstentions ! Élu, dit-on, par une majorité de voix, celles seulement des électeurs qui se sont déplacés ! Parmi ces électeurs, beaucoup ont voté contre Marine Le Pen surtout. Dans tous les cas, c’est une grande minorité d’électeurs inscrits qui l’ont élu !

Alors, Emmanuel Macron est légalement élu ! A-t-il pour autant la légitimité réelle ? Celle du cœur, du désir. Certes non ! Peut-il parler au nom des Français dans leur ensemble ? Légalement, oui !  Il est élu par un système qui est tout ce que l’on veut, sauf démocratique ! Il est élu « légalement » mais pour moi, il ne représente pas la France et je lui dénie le droit de parler pour moi ! Une dénégation qui n’est qu’un coup d’épée dans l’eau, elle ne sert à rien. Mais elle est aussi réelle que sa réalité de président élu par une minorité de Français. Aujourd’hui, d’ailleurs, il est au fond de l’eau !


Il serait temps que les électeurs cessent de jouer ! Refusent de se déplacer aux urnes, de « perdre leur temps », comme ils disent, d’aller à la pêche car, finalement, leur attitude ne sert que ceux qui, au bout du bout, les entubent in fine !

J’ai perdu les élections municipales dans ma ville du fait des abstentions, y compris par des militants du Front National qui, à l’époque, ont préféré partir en vacances, aller à la pêche. J’ai perdu à 6 voix près. Ceux qui ne cessaient de me dire qu’il fallait au moins un opposant patriote, un élu qui informerait, qui lutterait contre les subventions aux adversaires des patriotes, qui serait, avec d’autres sur ma liste, le porte-voix, le grain de sable, ne sont pas allés voter. Sur 30 000 inscrits, seulement 10 000 se sont déplacés. Encore aujourd’hui, je suis en colère ! Encore aujourd’hui, j’ai de la rancœur car je n’ai pas pu défendre des dossiers de personnes en détresse ! Je le leur avais promis ! Ils se sont retrouvés seuls face à une administration municipale qui n’en avait rien à faire et dont le maire fut élu avec 28 % des électeurs inscrits !

Emmanuel Macron profite de ce système électoral où être majoritaire n’a pas d’importance. Il suffit d’être au deuxième tour, après avoir sabordé ses adversaires d’une manière ou d’une autre, pas toujours avec délicatesse, souvent en utilisant des manières judiciaires peu ragoûtantes. Placer, par des amis médiatiques, une savonnette sur la planche des plus dangereux, et puis compter sur la mémoire de poisson rouge des Français qui ne tirent en général que rarement les leçons du passé, pas même celles de l’instant ; les retraités savaient que Macron allait leur prendre dans la poche 1,7 % de CSG ! Les syndicalistes savaient qu’il allait leur massacrer les statuts de la fonction publique et des EPIC (SNCF, RATP et autres) et leurs régimes de retraite, etc. Un beau sourire du candidat, et puis voilà. Emmanuel Macron les empale en douceur et en profondeur, tandis que Christophe Barbier assure que beaucoup de retraités seront morts en 2022 ! (Source Valeurs actuelles)

Élection présidentielle : qu’importent les frais de campagne, les dépassements puisque, de toute façon, le Conseil constitutionnel ne dira rien en cas de dépassement de ces frais ! C’est Roland Dumas, autrefois président de ce Conseil, ancien ministre socialiste, qui s’est vanté d’avoir sauvé le cul de Jacques Chirac alors qu’il aurait dû annuler l’élection présidentielle !

Il n’y a que deux façons de gagner, finalement ! Soit voter en masse pour faire table rase ou renverser les institutions ! Nous en sommes encore très loin, et de l’un et de l’autre. Pour nos politiciens véreux, les planqués, c’est tout bénéfice ! Mieux, ils s’en amusent…

Pour conclure, jamais un Charles de Gaulle n’aurait critiqué son peuple en terre étrangère. Ni Giscard, ni Mitterrand, ni même Chirac. À cette époque pas si lointaine, ces présidents avaient encore le sens de l’État, de la dignité. Aujourd’hui, Emmanuel Macron le fait et dit que c’est de l’humour. Vous êtes priés de vous marrer avec lui ! 

Nous avons un président irrespectueux qui fut élu par une minorité et qui gouverne de fait, quoi qu’ils en disent, avec l’assentiment des abstentionnistes et des votes blancs ! Des leçons à tirer? Aucune chance, le bocal est bien en place !

Gérard Brazon (Libre Expression) pour ripostelaique.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Articles à lire aussi

Faire un don à Peuple de France avec PayPal