Revue de presse - Peuple de France: «les pédés» «pervers»: Les propos homophobes de Marcel Campion provoquent un tollé

www.peupledefrance.com

Recherche sur le web

dimanche 23 septembre 2018

«les pédés» «pervers»: Les propos homophobes de Marcel Campion provoquent un tollé

Les condamnations se multiplient après la publication d'une vidéo dans laquelle le forain entrepreneur qualifie «les pédés» de «pervers». Bruno Julliard, nommément cité, a annoncé que ces propos seraient «poursuivis en justice».
Les condamnations se multiplient après la publication d'une vidéo dans laquelle le forain entrepreneur qualifie «les pédés» de «pervers». Bruno Julliard, nommément cité, a annoncé que ces propos seraient «poursuivis en justice».


Les condamnations pleuvaient dimanche après les propos homophobes tenus par le forain Marcel Campion sur une vidéo tournée en janvier dernier et révélée par Le Journal du dimanche.

Sur ces images, on voit l'opposant d'Anne Hidalgo dire ceci à propos de Bruno Julliard, ex-numéro 2 de la capitale: «C'est lui qui commande toute la ville. Comme il était un peu de la jaquette, il a rencontré Delanoë, ils ont fait leur folie ensemble et paf, il est premier adjoint. Et avec Anne Hidalgo, il est super parce qu'en même temps il lui a amené tous les homos de la terre. C'est à dire que toute la ville maintenant est gouvernée par des homos.»

Il poursuit: «Moi, j'ai rien contre les homos, d'habitude, je dis les ‘pédés', mais on m'a dit qu'il fallait plus que je dise ça. Donc je ne dis plus les pédés, je dis les homos. J'ai rien contre eux, sauf qu'ils sont un peu pervers. Ceux qui sont là (...) Le petit Julliard, c'est un affairiste (...) Bon bref, on va arrêter de parler des pédés, euh, des homos (rires)».

Marcel Campion s'est défendu dimanche en disant qu'il était «tout sauf un homophobe». «Si le mot ‘pédé' que j'ai dit une fois ou deux a pu déranger certaines personnes je m'en excuse, je suis d'une génération où on disait ces mots-là mais je ne suis pas homophobe», a-t-il assuré. Il a évoqué «des propos un peu sortis de leur contexte dans un mouvement de colère» après avoir «été éliminé du marché de Noël et de la grande roue par M. Julliard».

Le principal intéressé, Bruno Juliard, a dénoncé des «propos abjects». «Certaines injures, par celui qui les prononce, deviennent des décorations... Mais l'homophobie doit être combattue sans relâche, parce qu'elle opprime, stigmatise et tue chaque jour», a-t-il écrit sur Twitter. L'ancien adjoint au maire d'Anne Hidalgo a précisé que ces propos ainsi que leur auteur seraient «poursuivis en justice».

[...]

En savoir plus sur lefigaro.fr

Sur le même thème:

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Nous avons besoin de vous ! Soutenez Peuple de France en faisant un don.



Articles à lire aussi