Revue de presse - Peuple de France: Le président du Conseil français du culte musulman: « L’arabe, c’est la langue de l’avenir »

dimanche 30 septembre 2018

Le président du Conseil français du culte musulman: « L’arabe, c’est la langue de l’avenir »

La rentrée a été chargée pour le Conseil français du culte musulman (CFCM) : participation à des assises territoriales de l’islam de France voulues par le ministère de l’Intérieur, organisation d’un congrès des musulmans de France…Le président du Conseil français du culte musulman a répondu à nos questions.
Ahmet Ogras. (Archive.)
La rentrée a été chargée pour le Conseil français du culte musulman (CFCM) : participation à des assises territoriales de l’islam de France voulues par le ministère de l’Intérieur, organisation d’un congrès des musulmans de France…Le président du Conseil français du culte musulman a répondu à nos questions. 

Le CFCM s’est aussi étonné et opposé aux préconisations d'un rapport de l'institut Montaigne, publié début septembre, qui recommandait la création d’une « taxe halal », une réorganisation des flux financiers dans la communauté musulmane ou encore le renforcement de l’apprentissage de l'arabe à l'école.


Dans son rapport publié par l’institut Montaigne, Hakim El Karoui rappelle​ que des cours d’arabe sont donnés dans les mosquées. Quel est l’état de l’enseignement de l’arabe dans les mosquées et les centres cultuels ?

Aujourd’hui, l’enseignement de la langue arabe est assez institutionnalisé. Il est dispensé par des associations loi 1901. La mosquée a un rôle social et culturel auprès de ses fidèles. L’arabe est une grande langue. L’arabe, c’est la langue de l’avenir, c’est la langue des débouchés professionnels. N’ayant pas accès à ces cours au sein de l’école de la République, ces gens ont demandé à apprendre l’arabe (seulement 0,20 % des collégiens et des lycéens apprenaient l’arabe avec l’Education nationale en 2016-2017).

Qui apprend l’arabe dans ces cours ?

Les adultes musulmans l’apprennent pour avoir accès à la culture des parents, des grands-parents. Certains adultes apprennent l’arabe parce qu’ils viennent d’entrer dans l’islam. 

L’estimation de 80.000 élèves apprenant l’arabe dans les mosquées, une statistique avancée par le ministère de l’Intérieur et reprise dans le rapport de l’institut Montaigne, est-elle juste ?

Il n’y a jamais eu de chiffrage officiel il y a dix ou vingt ans et il n’y en a toujours pas aujourd’hui. L’enseignement est fait dans des salles de classe, il est ouvert à tous, il est plus visible qu’auparavant.

[...]

En savoir plus sur 20minutes.fr

Sur le même thème:

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Articles à lire aussi

Faire un don à Peuple de France avec PayPal