Revue de presse - Peuple de France: «Nous ne voulons pas vivre en Afrique» : le Premier ministre tchèque fustige la politique migratoire de Bruxelles

Recherche sur le web

mardi 4 septembre 2018

«Nous ne voulons pas vivre en Afrique» : le Premier ministre tchèque fustige la politique migratoire de Bruxelles

D'après Andrej Babis, les manifestations de Chemnitz dans l'ex-Allemagne de l'Est pourraient constituer un déclencheur en Europe. Face à la crise migratoire, la République tchèque ne veut toujours pas entendre parler de répartition européenne.
D'après Andrej Babis, les manifestations de Chemnitz dans l'ex-Allemagne de l'Est pourraient constituer un déclencheur en Europe. Face à la crise migratoire, la République tchèque ne veut toujours pas entendre parler de répartition européenne.


Commentant les manifestations anti-immigration qui ont lieu dans l'est de l'Allemagne, le chef du gouvernement tchèque Andrej Babis s'en est vivement pris à la politique migratoire de l'Union européenne.
«Chemnitz, est là, au coin de la rue !», s'est-il exclamé le 2 septembre sur un plateau de télévision tchèque, cité par le média Parlamentni Listy. «J'ai expliqué en long et en large qu'il s'agit d'un combat pour préserver notre civilisation européenne et notre culture. Nous ne voulons pas vivre en Afrique ou au Moyen-Orient», a-t-il poursuivi, dénonçant les efforts menés par la Commission européenne pour faire accepter par Prague l’accueil de migrants.

Lire aussi: Selon le Premier ministre hongrois, l’Europe occidentale baisse les bras face à l’invasion en provenance du tiers monde

Et le dirigeant tchèque d'évoquer les dernières images de migrants débarquant sur les plages espagnoles, devant des vacanciers médusés. «Les Européens sont choqués et effrayés. La même chose est arrivée à Chemnitz», a estimé Andrej Babis.



Lire aussi: Hongrie : L'immigration de masse mène à «la mort des nations» selon Orban et défend la «démocratie chrétienne»

[...]

En savoir plus sur francais.rt.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Soutenez Peuple de France en faisant un don.



Articles à lire aussi