Revue de presse - Peuple de France: Plan pauvreté: les principales mesures présentées par Emmanuel Macron

Recherche sur le web

jeudi 13 septembre 2018

Plan pauvreté: les principales mesures présentées par Emmanuel Macron

Emmanuel Macron a dévoilé jeudi les mesures de son "plan pauvreté", qui comprend deux axes forts : la prévention de la précarité et la réinsertion professionnelle.
Emmanuel Macron a dévoilé jeudi les mesures de son "plan pauvreté", qui comprend deux axes forts : la prévention de la précarité et la réinsertion professionnelle.

Repas à 1 euro et petits-déjeuners dans les écoles prioritaires

Emmanuel Macron a souhaité un "accès  universel" à la cantine pour les enfants les plus défavorisés
"en développant  les repas à un euro" et des petits-déjeuners proposés dans les  écoles prioritaires "afin de s'assurer que tous les enfants commencent la  journée dans les mêmes conditions".

Places en crèches subventionnées dans les communes pauvres

En matière de petite enfance, le plan prévoit notamment des aides pour les communes défavorisées afin de permettre la construction de nouvelles crèches. Un objectif de 30.000 places supplémentaires devrait être annoncé par le chef de l’État.

L'Etat veut par ailleurs trouver des solutions avec les départements pour prolonger le suivi des enfants de l'Aide sociale à l'enfance, qui trop souvent s'arrête net à leur majorité.

Revenu universel d'activité

Emmanuel Macron, qui s'était emporté contre "le pognon de dingue" que représentent les aides sociales a aussi fait des annonces visant à "repenser les minima sociaux", en particulier concernant le RSA. Emmanuel Macron a ainsi annoncé la création, par une loi en 2020, d'un revenu universel d'activité qui fusionne les prestations sociales - du RSA aux APL. Les contours de ce revenu sont encore à définir. Ce revenu sera soumis à un "contrat d'engagement"  du bénéficiaire.

La couverture maladie universelle largement étendue

En matière de santé, la CMU (couverture maladie universelle) sera étendue à plusieurs millions de personnes pour qu'elles bénéficient d'une complémentaire santé. A ce titre, la fusion de la CMU-C (couverture maladie universelle complémentaire) et l’ACS (Aide au paiement d'une Complémentaire Santé) devrait être prochainement enclenchée, selon nos informations.

L'obligation de formation étendue jusqu’à 18 ans

Concernant le "deuxième pilier", l'Elysée promet le "développement massif de dispositifs d'insertion par l'activité économique", considérant que "le retour au travail est le meilleur outil de lutte contre la pauvreté". Tout d’abord, pour les jeunes, l'obligation de formation sera portée de 16 à 18 ans. 

[...]

En savoir plus sur lci.fr

Sur le même thème:




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Soutenez Peuple de France en faisant un don.



Articles à lire aussi