Revue de presse - Peuple de France: Plan pauvreté : la poudre de Perlimpinpin d’Emmanuel Macron

vendredi 14 septembre 2018

Plan pauvreté : la poudre de Perlimpinpin d’Emmanuel Macron

Au banc des absents de ce plan pauvreté, une définition concrète des besoins de nos concitoyens.     Encore une fois, Emmanuel Macron veut se faire passer pour ce qu’il n’est pas : un défenseur de la nation, un protecteur des plus faibles.
Au banc des absents de ce plan pauvreté, une définition concrète des besoins de nos concitoyens. 

Encore une fois, Emmanuel Macron veut se faire passer pour ce qu’il n’est pas : un défenseur de la nation, un protecteur des plus faibles. Encore une fois, Emmanuel Macron nous annonce un plan pauvreté qui n’est rien d’autre qu’un sparadrap sur les blessures béantes des réformes de l’année qui précède.
Avec ce plan pauvreté, Emmanuel Macron vient nous verser quelques larmes d’empathie.

Au banc des absents de ce plan pauvreté, une définition concrète des besoins de nos concitoyens. Emmanuel Macron espère, en lançant une bouée à 8 milliards d’euros sur le reste du quinquennat, que nos concitoyens soient dupes et voient en ce plan pauvreté, le sauvetage qu’ils attendent tant. Encore une fois, le président de la République nous prouve qu’il est incapable de saisir les problèmes qui sont ceux de nos concitoyens les plus vulnérables.

Après avoir mutilé notre système social, diminué les APL des Français, touché à notre parc de logements sociaux, ignoré nos retraités qui souffrent, le voici qui joue les héros, en se plaçant en grand défenseur de notre système social, qu’il s’attache pourtant à déconstruire, petit à petit.
Le voilà qui annonce la mise en place, à l’horizon 2020, d’un revenu universel d’activité, ne semblant guère prendre en compte, son échec cuisant chez nos voisins britanniques.

Il souhaite rendre un visage humain à notre système social. Encore une fois, si l’on s’attachait à lutter plus activement contre les fraudes à notre système social, peut-être ce système aurait-il effectivement un visage humain, Monsieur le Président, car aujourd’hui, nos fonctionnaires sont trop occupés à palier un système défaillant, qui ne leur laisse effectivement pas le temps de traiter en détail, chaque situation individuelle.

Encore une fois, Monsieur le Président, vous ne vous préoccupez que très peu des Français, dont vous avez pourtant la responsabilité de prendre soin, et que vous négligez au profit d’un humanisme mal placé, un humanisme de surface, qui profite à tous, sauf aux Français.

Communiqué de presse de Sébastien Chenu

Sur le même thème:

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Articles à lire aussi

Faire un don à Peuple de France avec PayPal