Revue de presse - Peuple de France: Plan « Pauvreté » : et une arnaque de plus !

jeudi 20 septembre 2018

Plan « Pauvreté » : et une arnaque de plus !

Une arnaque de plus du macronisme qui tente, en bon Gribouille, par des mots vides et des incantations stériles d’opérer un virage vers sa gauche pour compenser les pertes que son incohérence et son incompétence ont suscité sur sa droite.
Une arnaque de plus du macronisme qui tente, en bon Gribouille, par des mots vides et des incantations stériles d’opérer un virage vers sa gauche pour compenser les pertes que son incohérence et son incompétence ont suscité sur sa droite.


Emmanuel Macron, l’ex-banquier d'affaires, l'homme des désormais célèbres « les aides sociales ça coûte un fric fou », « ceux qui ne sont rien » ou « ces fainéants », se penchant sur le sort des plus démunis,
voilà qui est aussi crédible que d'imaginer Olivier Besancenot appelant à la solidarité avec les patrons du CAC 40…

C'est pourtant ce que vient de faire le Président de la République en déclinant les principaux points de son « plan pauvreté » censé lutter, par un investissement de 8 milliards sur quatre ans financé sur monnaie de singe, contre les iniquités sociales.

Une arnaque de plus du macronisme qui tente, en bon Gribouille, par des mots vides et des incantations stériles d’opérer un virage vers sa gauche pour compenser les pertes que son incohérence et son incompétence ont suscité sur sa droite.

  • Arnaque du renforcement des contrats d'insertion qui ne sont que la énième mouture des emplois aidés, coûteux cautères sur jambe de bois destinés non pas à enrayer le chômage mais à en dissimuler l'ampleur.


  • Arnaque de l’obligation de formation qui, en passant de 16 à 18 ans, ne fait que retarder les effets inévitables d’échecs scolaires programmés.


  • Arnaque du revenu universel d’activité qui n'est en fait qu'une refonte plus restrictive des minima sociaux.


  • Arnaque surtout des aides aux enfants pauvres (crèches nouvelles, petits-déjeuners gratuits, cantine à un euro) qui seront réservés aux « quartiers prioritaires », C’est-à-dire aux supposés petits défavorisés issus de l'immigration. Nous sommes, une fois de plus en pleine « discrimination positive », traduction politiquement correcte du racisme anti français.


Rien pour les familles françaises pour qui les difficultés de fin de mois commencent souvent bien avant le 15.

Rien sur le logement authentiquement social c’est-à-dire destiné à loger les Français qui en ont réellement besoin

Rien pour les sans abris français laissés pour compte d’une société basée sur le mercantilisme et ouverte aux mille vents fétides du mondialisme.

Rien pour les foyers ruraux promis au démantèlement.

Rien pour les vieillards miséreux trop dignes pour se plaindre.

Pour le Parti de la France, une vraie lutte contre la pauvreté destinée à extraire 8 millions et demi de nos compatriotes de l'exil intérieur auquel ils sont condamnés, passe par la relance de l'emploi par une politique de défense des petites et moyennes entreprises françaises et de réindustrialisation européenne, par un renforcement de l'apprentissage et une redéfinition de la formation professionnelle adaptée aux réalités et aux besoins, par une relance du pouvoir d’achat, par le retour des vraies structures de solidarité – la famille, les corps intermédiaires - et surtout par la fin de l’immigration et la réservation des aides sociales aux Français et à eux seuls.

La lutte contre la pauvreté, c’est d'abord la préférence nationale.

Jean-François Touzé - Délégué national du Parti de la France aux études et argumentaire

Sur le même thème:



1 commentaire:

  1. De toute façon tout ce qui vient de macrouille, n'est que vent et mensonges, alors comment certaines personnes peuvent encore avoir un espoir avec lui?Il n"est là que pour semer la ruine du peuple(qu'il insulte a chaque fois qu'il sort du territoire) , misère, discorde et chaos

    RépondreSupprimer

Participer à la discussion

Articles à lire aussi

Faire un don à Peuple de France avec PayPal