Revue de presse - Peuple de France: Les pays qui ne veulent plus accueillir de migrants ne toucheront plus une tune affirme Macron

samedi 22 septembre 2018

Les pays qui ne veulent plus accueillir de migrants ne toucheront plus une tune affirme Macron

Le président de la République a critiqué "les pays qui ne veulent pas d'avantage d'Europe", alors que plusieurs pays d'Europe de l'Est s'en prennent aux politiques de l'UE, notamment sur la question migratoire.
Le président de la République a critiqué "les pays qui ne veulent pas d'avantage d'Europe", alors que plusieurs pays d'Europe de l'Est s'en prennent aux politiques de l'UE, notamment sur la question migratoire. 


Emmanuel Macron a déclaré jeudi que les élections européennes de mai 2019 allaient être "la bataille que tous les progressistes en Europe, que tous les démocrates doivent conduire".

Sans citer de noms, le président français a dénoncé "ceux qui expliquent : moi (...) j'aime l'Europe quand elle me donne de l'argent, quand elle permet la prospérité à mon peuple, quand elle permet à mes travailleurs d'aller mieux gagner leur vie dans des pays voisins. Mais, chez moi, pas un seul migrant, pas un seul réfugié", à l'issue d'un sommet européen à Salzbourg, en Autriche.

"À un moment donné, le règlement se fera simplement", a-t-il ajouté devant la presse. "Les pays qui ne veulent pas davantage de Frontex (l'Agence européenne des gardes-frontières et des gardes-côtes, ndlr) ou de solidarité, ils sortiront de Schengen", selon lui.

"Les pays qui ne veulent pas davantage d'Europe, ils ne toucheront plus les fonds structurels et donc il faut qu'au printemps prochain nous ayons cette discussion en vérité", a poursuivi Emmanuel Macron. Plusieurs pays d'Europe de l'Est, en particulier la Hongrie, sont vent debout contre la politique migratoire de Bruxelles, que le Premier ministre hongrois Viktor Orban fustige comme étant "pro-migrants".

Une vive joute verbale a récemment opposé Emmanuel Macron à Viktor Orban, le premier endossant le rôle d'"opposant principal" aux "nationalistes" tandis que le second accusait le président français d'être le chef de file des "partis pro-migrants".

[...]

En savoir plus sur europe1.fr

Sur le même thème:

1 commentaire:

Participer à la discussion

Articles à lire aussi

Faire un don à Peuple de France avec PayPal