Revue de presse - Peuple de France: La mère d’Adrien Perez, tué à coups de couteau à Grenoble, dénonce “le mépris” d’Emmanuel Macron

www.peupledefrance.com

Recherche sur le web

jeudi 27 septembre 2018

La mère d’Adrien Perez, tué à coups de couteau à Grenoble, dénonce “le mépris” d’Emmanuel Macron

Le 29 juillet, Adrien Perez était tué à coups de couteau devant une discothèque de Grenoble. Sa mère dénonce aujourd’hui l’abandon des pouvoirs publics et rend publique sa lettre à Emmanuel Macron.
Le 29 juillet, Adrien Perez était tué à coups de couteau devant une discothèque de Grenoble. Sa mère dénonce aujourd’hui l’abandon des pouvoirs publics et rend publique sa lettre à Emmanuel Macron.

Deux mois après la mort de son fils, tué à Grenoble alors qu’il portait secours à l'un de ses amis agressé, la mère d’Adrien Perez dénonce le silence des pouvoirs publics. Mi-août, elle avait adressé un vibrant appel à Emmanuel Macron dans un courrier qui lui était adressé. Depuis, le temps a passé, mais son message est demeuré lettre morte. Un mutisme insupportable, qui la pousse aujourd’hui à rendre public le texte. Elle s’en explique à Valeurs actuelles.

Valeurs actuelles. Deux mois après la mort d'Adrien, votre fils, qui avait porté au secours d’un ami qui se faisait agressé dans une boîte de nuit, vous n’avez reçu aucun message du chef de l’Etat. Comment expliquez-vous ce silence d’Emmanuel Macron et des services de l’Etat ?

Patricia Perez. Pour nous, ce silence signe le mépris de la classe dirigeante à l’égard d’une partie du peuple français. Mais peut-être le président était-il également trop occupé à gérer les affaires estivales qui entachent son quinquennat…

Pourquoi décidez-vous aujourd’hui à publier la lettre que vous avez adressé à Emmanuel Macron et qu’attendez-vous du président ?

Si nous avons décidé de publier aujourd’hui cette lettre, c’est que celle-ci, malgré le caractère gravissime de ce qu’elle relate et dénonce, n’a reçu aucune réponse de la part du chef de l’État.

Dans l’agglomération grenobloise ces derniers mois, comme vous le regrettiez avec votre mari, les drames s’accumulent et les marches se succèdent sans que rien ne change. Les « racailles », selon vous, ont pris le pouvoir ?

La délinquance a clairement pris le pouvoir à Grenoble. Pas une semaine ne passe sans que la violence d’un petit nombre qui fait régner la terreur ne s’exprime. C’est malheureux, mais la peur fait désormais partie de notre quotidien.

Lire la lettre de Madame Perez dans valeursactuelles.com

Sur le même thème:




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Nous avons besoin de vous ! Soutenez Peuple de France en faisant un don.



Articles à lire aussi