Revue de presse - Peuple de France: Marseille: Le mineur isolé ivoirien interpellé pour trois viols avait été remis en liberté

dimanche 23 septembre 2018

Marseille: Le mineur isolé ivoirien interpellé pour trois viols avait été remis en liberté

Un mineur isolé de nationalité ivoirienne a été interpellé, le 11 septembre, à la sortie de son lycée, par la brigade des mineurs de la sécurité départementale des Bouches-du-Rhône.
Un mineur isolé de nationalité ivoirienne a été interpellé, le 11 septembre, à la sortie de son lycée, par la brigade des mineurs de la sécurité départementale des Bouches-du-Rhône.

Il était logé dans un foyer depuis son entrée illégale en France en 2014. Il a violé trois femmes sur la voie publique et cela depuis le mois d’avril dernier dans la cité phocéenne. Il a pu être identifié grâce à son empreinte génétique.


Placé en garde à vue, il garde le silence pour le moment.

Déféré devant les magistrats le 13 septembre et mis en examen puis placé en détention provisoire.

Selon une source policière : « On sentait qu’il était en train de monter en puissance. »

Le premier viol date du 24 avril, vers 4 h du matin, dans le 2e arrondissement de Marseille. Une femme âgée de 58 ans se rendait à son travail lorsqu’elle a été agressée par un individu armé d’un couteau.

Visage caché, il la viole.

Les services scientifiques de la police prélèvent ses empreintes génétiques et les envoient au fichier national automatisé (FNAEG) mais l’ADN n’était pas enregistré.

Le second viol se déroule le 9 mai, dans le 1er arrondissement.

Une jeune femme âgée de vingt ans est agressée selon le même mode opératoire puis, le 2 août, dans le 13e arrondissement, c’est le troisième viol, également sur une jeune femme.

Toutes deux désignent un individu de petite taille, toujours armé d’un couteau. Elles ont été agressées par derrière, toutes deux la nuit.

Le violeur découpe les vêtements de ses victimes avant de passer à l’acte.

Tous les services de police sont sur les dents en présence de ce violeur en série.

Le 10 septembre, les enquêteurs reçoivent l’information que l’ADN prélevé sur les différentes victimes correspond au profil d’un adolescent dont l’ADN a été enregistré au début de l’été.

Ce mineur, âgé de 16 ans, avait fait l’objet d’un prélèvement génétique alors qu’il avait été placé en garde à vue suite à un vol par escalade.

Il avait été remis en liberté, faute d’éléments à charge dans cette affaire de vol.

La piste n’a pu être remontée que difficilement jusqu’à lui, car il ne s’était jamais signalé à la police avant ce vol.

Manuel Gomez

Sur le même thème:

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Articles à lire aussi

Faire un don à Peuple de France avec PayPal