Revue de presse - Peuple de France: Livre: La France interdite. La vérité sur l’immigration, de Laurent Obertone

www.peupledefrance.com

Recherche sur le web

jeudi 20 septembre 2018

Livre: La France interdite. La vérité sur l’immigration, de Laurent Obertone

« La proportion d’individus [issus de l’immigration extra-eurasienne] atteindra, d’ici les deux tiers de ce siècle, c’est-à-dire en un éclair sur l’histoire de l’humanité, la majorité absolue. Les Européens autochtones seront donc, d’ici moins de cinquante ans, minoritaires sur leur propre sol. »
« La proportion d’individus [issus de l’immigration extra-eurasienne] atteindra, d’ici les deux tiers de ce siècle, c’est-à-dire en un éclair sur l’histoire de l’humanité, la majorité absolue. Les Européens autochtones seront donc, d’ici moins de cinquante ans, minoritaires sur leur propre sol. »

Tel est le propos introductif de ce véritable pavé (526 pages étayées d’une bibliographie de plus de soixante pages !) jeté dans la mare du politiquement correct par le journaliste d’investigation Laurent Obertone
auquel l’on doit déjà de grands succès éditoriaux comme La France Orange mécanique et La France Big Brother. Avec cet opus qui clôt une trilogie du grand épuisement français, Laurent Obertone donne chair et os, avec force chiffres, statistiques, déclarations publiques, coupures de presse et autres rapports officiels, au concept démonologisé du « Grand Remplacement » forgé par l’écrivain Renaud Camus (bien que l’ONU ait émis, en 2000, un rapport sur « les migrations de remplacement »).

Cet ouvrage est l’équivalent magistral, de ce côté-ci de la Manche, de L’Étrange Suicide de l’Europe, de Douglas Murray.

« Sans haine et sans crainte », l’auteur se propose de comprendre pourquoi l’immigration, ce fléau pathogène, ce tabou incapacitant, « gigantesque angle mort d’un empire à la dérive, de ses problèmes sociaux, de sa stagnation économique, de son malaise identitaire », continue « d’avoir lieu, contre l’opinion » ?

75 % des Français estiment qu’il y « trop » d’immigrés dans leur pays. Macron, représentant de la superclasse mondiale, les tance avec arrogance et les qualifie, non sans un mépris empreint de dégoût, de « lèpre populiste ».

On comprend alors mieux le titre du livre. La France se trouve, d’abord, interdite, comme paralysée devant ces afflux incontinents d’allogènes qui se déversent régulièrement sur son sol depuis près de deux générations, sans mot dire. Ensuite, la France est confrontée à l’interdit moral de remettre en cause ce mantra inlassablement ânonné par nos dirigeants, depuis les années 1980, selon lequel « l’immigration est une chance pour la France ». De fait, il est interdit au peuple français de voir ce qu’il voit quotidiennement et, pis, de le dire comme de le combattre.

L’auteur exhorte, néanmoins, à ne pas sous-estimer l’impact de l’immigration, phénomène qui connaît depuis quarante ans une croissance exponentielle. Son poids démographique correspond à celui de la Grèce ou de la Belgique, à cette notable différence qu’elle est « jeune et dynamique », par contraste avec une population de souche qui subit une décrue annuelle continue comparable à une ville de 150 000 habitants. Selon l’essayiste, « si l’on s’en tient aux projections démographiques les plus raisonnables […] et en l’absence de virage brutal de sa politique », la France se trouvera dans une situation comparable au Brésil d’ici vingt ans, à l’Afrique du Sud dans quarante ans, de la Bosnie et du Soudan dans soixante ans.

L’homme étant un animal – fût-il politique –, il est normal, si ce n’est inné, qu’il cherche à repousser « l’autre » qui n’est pas comme « lui ». S’adossant à Lorentz, à Lévi-Strauss, à Hume, à Murdock, à Piaget, à Rousseau, la démonstration de Laurent Obertone est imparable. Ce n’est pas du racisme, mais l’incoercible réalité de l’humanité, « l’universalisme n’existe pas. Tout le monde est le xénophobe de quelqu’un. »

On l’aura compris, le multiculturalisme multiraciste de la France et son corollaire, l’immigration de masse, ne sont que les prodromes d’une guerre civile qui vient : « C’est le fait de forcer brutalement des individus à cohabiter, qui crée une xénophobie pathologique, de type racisme violent », conclut le journaliste. Volens nolens, entre « eux », de fraîche date et culturellement islamisés et « nous », de vieille souche européenne mais amnésiques, la lutte à mort est pour bientôt.

Ce sera sanglant !















Aristide Leucate pour bvoltaire.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Nous avons besoin de vous ! Soutenez Peuple de France en faisant un don.



Articles à lire aussi