Revue de presse - Peuple de France: La police nationale de l’Eure « à bout de souffle » à cause d’un manque d’effectif

jeudi 16 août 2018

La police nationale de l’Eure « à bout de souffle » à cause d’un manque d’effectif

Les effectifs de police dans l'Eure se réduisent. Faute de personnel, les syndicats tirent la sonnette dans les trois commissariats du département (Évreux, Val-de-Reuil et Vernon).
Les effectifs de police dans l'Eure se réduisent. Faute de personnel, les syndicats tirent la sonnette dans les trois commissariats du département (Évreux, Val-de-Reuil et Vernon).

Chez les policiers de l’Eure, l’avenir s’assombrit. C’est ce que regrettent les deux principaux syndicats de la profession dans le Département, Unité SCP Police FO et Alliance Police Nationale.


Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Le territoire comptait 372 fonctionnaires de police sur le terrain en septembre 2009 alors qu’ils n’étaient plus que 271 en septembre dernier. « Ça va être pire cette année », prophétise Johann Maugé, secrétaire départemental chez Unité SCP Police. Et son collègue, David Le Provost, secrétaire départemental chez Alliance Police Nationale, d’abonder dans le même sens : « Cela concerne tous les policiers sur le terrain, aussi bien les gardiens de la paix que les gradés, y compris dans le rang des enquêteurs. »

« On s’attend à perdre une vingtaine de personnes à la rentrée prochaine », poursuit Johann Maugé. Selon lui, les échauffourées qui ont eu lieu à Val-de-Reuil dans la nuit du 14 au 15 juillet dernier sont caractéristiques de la situation. « Nous avions trois collègues en face d’une cinquantaine d’individus. Comment voulez-vous que l’on parvienne à maintenir le calme ? Heureusement il n’y a pas eu de blessés. »

Les policiers volontaires mais à bout de souffle.

Pourtant la délinquance est en baisse dans la ville dirigée par le socialiste Marc-Antoine Jamet. « Certes, mais à quel prix ? Les collègues sont très volontaires, mais à bout de souffle. Ils risquent de craquer ! », lance-t-il.

Les conséquences sont nombreuses selon les deux syndicalistes qui s’accordent à dire que des services sont menacés. « Il y a bien un poste de police à Louviers, mais il ferme déjà pendant des demi-journées par manque d’effectif. J’estime même que la BAC (Brigade anti-criminalité) d’Évreux est menacée », précise Johann Maugé avant d’avancer un autre argument : « Pour le territoire de Louviers, Incarville, Le Vaudreuil, Val-de-Reuil et Pinterville, police secours c’est une seule patrouille de trois agents. Il n’y a pas intérêt à ce que de nombreuses personnes appellent à l’aide en même temps ! »

[...]

En savoir plus sur actu.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Articles à lire aussi

Faire un don à Peuple de France avec PayPal