Revue de presse - Peuple de France: Montpellier. Trafic de drogue et guerre des gangs autour d’un centre d’accueil de migrants

lundi 6 août 2018

Montpellier. Trafic de drogue et guerre des gangs autour d’un centre d’accueil de migrants

A Montpellier il ne se passe pas désormais une semaine sans qu’un événement dramatique se produise dans le quartier de Plan Cabanes. En cause, un trafic de drogue particulièrement juteux qui fait l’objet d’une véritable guerre entre deux gangs.


Dans la nuit de jeudi à vendredi, trois personnes ont été attaquées à l’arme blanche dans la rue Daru à Plan Cabanes. Les victimes, transportées aux urgences, n’ont subi que des blessures légères et ont pu sortir au bout de quelques heures du CHU de La Peyronnie. Fait troublant, aucune des trois personnes n’a souhaité déposer plainte au commissariat.

Ce nouvel acte violent semble s’inscrire dans une longue liste d’agressions et de bagarres qui se sont déroulées ces derniers mois dans le quartier de Plan Cabanes, à proximité immédiate du centre-ville. La raison de ces violences : une guerre des gangs pour le trafic de drogue et de cigarettes de contrebande.

A Plan Cabanes, l’arrivée des migrants albanais sème la zizanie

Dans ce quartier où une grande partie de la population est originaire du Maghreb (la mosquée El Nour a été la première mosquée de Montpellier), l’arrivée depuis trois ans de migrants albanais soulève d’importants problèmes.

Nouveaux arrivés, certains de ces migrants ont cherché à prendre le contrôle du trafic de cannabis dans le quartier. Une « offensive » qui génère d’innombrables actes de violence.


De son côté, la police intervient régulièrement dans le quartier en menant des opérations anti-drogue sans parvenir pour autant à mettre fin au problème. Certains habitants réclament désormais l’installation d’un commissariat permanent au sein même de Plan Cabanes.

Squats et locaux d’associations pro-migrants, base arrière du trafic de drogue ?

L’arrivée des Albanais dans le quartier de Plan Cabanes n’est pas due au hasard. Ces derniers ont implanté leur « QG » dans un ancien temple protestant, situé au 9 rue Gambetta, qui est désormais transformé en squat. Un « quartier général » qui se trouve à quelques mètres des locaux de l’association Gammes, une association d’aide aux migrants située au 6 rue Saint Barthélémy et présidée par Daniel Constantin, ancien préfet de l’Hérault.

Cette association subventionnée a en charge un certain nombre de ces migrants originaires d’Albanie et du Kosovo. En novembre 2017, les policiers avaient mené une opération au sein même des locaux de Gammes afin d’interpeller des Albanais accusés d’une attaque à l’arme blanche.

Aucun commentaire:

Articles à lire aussi