Revue de presse - Peuple de France: Le banquier contre les Gaulois

Recherche sur le web

vendredi 31 août 2018

Le banquier contre les Gaulois

Emmanuel Macron s’est distingué à plusieurs reprises pour ses dérapages incontrôlés contre les Français. Pas assez riches pour beaucoup, pas assez ouverts à la modernité macronienne, trop Français en un mot. Monarque républicain et surtout roi du mépris, Macron a récidivé hier avant de plaider pour le « trait d’humour ».
Emmanuel Macron s’est distingué à plusieurs reprises pour ses dérapages incontrôlés contre les Français. Il a récidivé hier avant de plaider pour le « trait d’humour ».


Emmanuel Macron s’est distingué à plusieurs reprises pour ses dérapages incontrôlés contre les Français. Pas assez riches pour beaucoup, pas assez ouverts à la modernité macronienne, trop Français en un mot. Monarque républicain et surtout roi du mépris, Macron a récidivé hier avant de plaider pour le « trait d’humour ».



Une gauloiserie qui ne passe pas et qui montre que le locataire de l’Elysée est en pleine crise de nerfs.  

Alors qu’il fait la tournée des popotes en Europe du nord, Emmanuel Macron a eu la mauvaise idée de parler des Français. Il se croit légitime et capable, mais comme à chaque fois, dès qu’il sort de ses réformes en forme d’usine à gaz, Macron perd le contrôle et en vient à insulter les Français. C’est donc depuis le Danemark que les gueux que nous sommes avons été remis à notre place. Une place extrêmement lointaine qui nous range au même niveau que nos ancêtres les Gaulois.

Le banquier sans racine veut l’or des Gaulois


Se prêtant au jeu des comparaisons entre les peuples, Macron déclare le plus sérieusement du monde : « Il ne s’agit pas d’être naïf, ce qui est possible est lié à une culture, un peuple marqué par son histoire. Ce peuple luthérien, qui a vécu les transformations de ces dernières années, n’est pas exactement le Gaulois réfractaire au changement! Encore que! Mais nous avons en commun cette part d’Européen qui nous unit ». Dans l’esprit de Macron, les Français sont de tels beaufs qu’ils peuvent être rangés directement à côté de peuples qui ont foulé la terre de France il y a 2 000 ans. L’insulte est d’autant plus grave que le terme « gaulois » est devenu une des expressions favorites de toutes ces « chances pour la France » qui exècrent notre pays tout en croquant ce qu’il reste du fruit français.

Bref, Macron insulte le peuple qu’il est censé dirigé et face à la polémique légitime. Le jeune politicard plaide 24 heures plus tard pour le trait d’humour. De l’humour que ne peuvent pas comprendre les Français puisqu’ils sont des beaufs, « analphabètes » pour beaucoup, doublés de « fainéants » au « cynisme » affligeant. Le tableau dressé ces derniers mois par Macron n’est pas reluisant. Pourquoi donc avoir voulu gouverner un tel peuple ?

La réponse est simple ! Pour lui faire les poches ! Les Français (ou Gaulois, c’est au choix) sont pris à la gorge et au porte-monnaie par Bercy. Le ministère où a régné Macron avant son opération Elysée. Le même ministère qui a lancé le haschtag « gauloispasréfractaire » sur Twitter ! Le mépris envahit toutes les maisons où passe Macron. La couardise aussi, car après plusieurs heures, Bercy a retiré son message insultant. Ça sent la petite frappe à plein nez. Insultes de loin et victimisation en guise de pseudo excuse.

Les mots ont leur importance. Les actes aussi. Ainsi Macron a montré depuis longtemps qu’on peut insulter un peuple avec des décisions. La dernière en date ? La nomination de Philippe Besson au poste de consul de France à Los Angeles. Une nomination qui prend la forme d’un gros doigt d’honneur aux Français qui voient que les amis du couple Macron sont choyés tandis que le peuple est méprisé. En Macronie, il y a deux camps. Celui des Gaulois et des losers est une masse qui ferait bien d’aller botter les fesses à une élite qui n’en peut plus d’elle même.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Soutenez Peuple de France en faisant un don.



Articles à lire aussi