Revue de presse - Peuple de France: Insécurité, migrants.... Exaspérée, la population interpelle le maire

jeudi 23 août 2018

Insécurité, migrants.... Exaspérée, la population interpelle le maire

Après Créteil, dans le Val-de-Marne, après Grenoble, en Isère, c’est Villeneuve-sur-Lot qui se mobilise à son tour contre l’insécurité grandissante, et demain ?
La semaine dernière, 80 voitures ont été incendiées du côté de Göteborg, dans l’ouest de la Suède. Hier, c’est une centaine de véhicules qui ont subi le même sort, dans la région d’Upsala, au nord de Stockholm, la capitale. Ces incendies, dont l’origine criminelle ne fait aucun doute, sont décrits par les autorités suédoises comme une attaque coordonnée contre le pays.

Pour le moment, les autorités ne désignent aucun responsable (ils ne sont pas encore habitués, comme nous le sommes dans nos banlieues et nos zones de non-droit) mais tous les regards se tournent vers les « migrants » illégaux,


qui ne sont plus les « bienvenus » depuis quelques semaines, et pour cause ! Cela, d’ailleurs, n’est pas près de s’arranger si l’on en croit les réactions de la population !

Après Créteil, dans le Val-de-Marne, après Grenoble, en Isère, c’est Villeneuve-sur-Lot qui se mobilise à son tour contre l’insécurité grandissante, et demain ?

Une centaine de manifestants ont bloqué l’accès aux bâtiments de la mairie et interpellé le maire, Patrick Cassany, avec lequel ils ont pu échanger durant deux heures.

Tous partagent la même exaspération face à une délinquance qui met en péril la sécurité du centre-ville.

Contre cette banalisation de l’insécurité et la faiblesse des pouvoirs publics, ils exigent des actions concrètes et les commerçants menacent même de s’organiser en « milice » pour se défendre.

Nous vous avions informés sur l’agression dont aurait été victime le chef de la police municipale de Villevaudé (Seine-et-Marne).

Apparemment, il aurait menti sur les circonstances exactes de son agression.

C’est ce qu’il a expliqué mardi devant Séverine Delacour, vice-procureur au parquet de Meaux.

Il ne s’agissait pas d’une agression gratuite contre le responsable de la police municipale.

Il est encore trop tôt pour déterminer l’origine des graves blessures reçues.

C’est donc une affaire à suivre !

Manuel Gomez

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Articles à lire aussi

Faire un don à Peuple de France avec PayPal