Revue de presse - Peuple de France: Au Havre, neuf policiers blessés et trois tirs de pistolet à impulsion électrique pour maîtriser un homme en situation irrégulière

Recherche sur le web

mercredi 29 août 2018

Au Havre, neuf policiers blessés et trois tirs de pistolet à impulsion électrique pour maîtriser un homme en situation irrégulière

Un homme, interpellé pour outrage au Havre jeudi 23 août, a blessé plusieurs policiers une fois ramené au commissariat. Plusieurs tirs de pistolet à impulsion électrique ont été nécessaires pour le maîtriser. Il a été placé au centre de rétention administrative en attendant son procès.
Un homme, interpellé pour outrage au Havre jeudi 23 août, a blessé plusieurs policiers une fois ramené au commissariat. Plusieurs tirs de pistolet à impulsion électrique ont été nécessaires pour le maîtriser. Il a été placé au centre de rétention administrative en attendant son procès.

Un homme, trouvé allongé au milieu d’une rue au Havre, a été interpellé jeudi 23 août 2018 pour avoir craché sur un policier et un pompier. Ramené au commissariat, il a frappé plusieurs policiers avant d’être difficilement maîtrisé.
En situation irrégulière, il a placé au Centre de rétention administrative de Oissel.

Un peu avant 11 heures jeudi 23 août 2018, la police est requise rue Armand Barbès. Sur place un homme est allongé au sol, ni ivre, ni blessé. Il a déjà craché sur un sapeur-pompier l’interrogeant sur son état de santé. Un policier, qui lui demande son identité, subit le même sort. L’homme, un ressortissant Malien âgé de 19 ans, est interpellé pour outrage et ramené au commissariat.

Dans les geôles du commissariat, un fonctionnaire lui demande de vider ses poches. En réponse, il reçoit un coup de tête au visage qui lui ouvre l’arcade sourcilière. Le policier, sonné, tente de se débattre, mais finit au sol sous les coups de pied et de poing donné par le suspect. Il est ensuite attrapé par le col arrière de son polo et traîné au sol, au point d’en être étranglé. Il faut l’intervention d’un autre policier, qui déchire littéralement le polo, pour mettre fin à la suffocation. Lui aussi reçoit des coups de pied et de poing. Un troisième policier, de la police aux frontières, reçoit lui aussi un coup de tête au visage. Des renforts récoltent à leur tour des coups.

Finalement, l’un d’entre eux décide d’utiliser un pistolet à impulsion électrique. Mais le premier tir reste sans effet sur cet homme d’1,85 m et qui est « très musclé », selon une source policière. De même qu’un deuxième. Un troisième et dernier tir est nécessaire pour le maîtriser.

[...]

En savoir plus sur paris-normandie.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Soutenez Peuple de France en faisant un don.



Articles à lire aussi