Revue de presse - Peuple de France: Harcèlement de rue: «Les policiers savent très bien que cette loi est purement inapplicable!»

www.peupledefrance.com

Recherche sur le web

mercredi 1 août 2018

Harcèlement de rue: «Les policiers savent très bien que cette loi est purement inapplicable!»

Fonctionnaire de police et déléguée syndicale de l'Unité SGP Police, Linda Kebbab fait entendre le point de vue des forces de l'ordre sur le projet de loi de Marlène Schiappa qui prévoit de punir d'amendes l'outrage sexiste. Elle dénonce une loi inapplicable qui relève de la communication.

Le secrétaire d'État à l'Égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, prévoit l'application de la loi de «lutte contre les violences sexistes et sexuelles» dès l'automne, rendant le harcèlement de rue verbalisable. En tant que représentante des forces de l'ordre, êtes-vous favorable à cette loi, et est-elle applicable?


Favorables à une loi pour défendre les femmes dans l'espace public, nous le sommes évidemment dans le principe, c'est une noble cause. D'ailleurs, avant que le ministère de l'Intérieur s'engage dans le label «Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes», notre organisation syndicale était sur le sujet depuis longtemps: nous avons par exemple sorti un numéro d'«ActuPolice» à l'attention des femmes policières mettant en avant les difficultés rencontrées au sein des forces de l'ordre en matière de discrimination. Donc c'est évidemment un sujet qui nous touche et pour lequel on s'estime précurseurs, bien avant le ministère de l'Intérieur et le gouvernement…

En revanche, la façon dont le problème a été abordé nous trouble particulièrement et nous sommes très pessimistes quant à l'application de cette loi dans l'espace public.

D'abord parce qu'il s'agit d'une contravention et non pas d'un délit. Le délit peut être rapporté et donner lieu à l'ouverture d'une enquête judiciaire: chacun peut rapporter les faits pour un délit dont il a été témoin ou victime. Ce qui n'est pas le cas pour une contravention.

"Croire qu'on pourra mettre en place une police du flagrant délit pour ce genre de contraventions est totalement utopique."

Pour une contravention, il faut que l'agent de police ait constaté de ses propres yeux l'infraction, et qu'un citoyen la rapporte aux autorités ne changera rien. Aller dire à un agent de police qu'on s'est fait insulter ou harceler revient ainsi à lui rapporter qu'un chauffard a grillé un feu rouge: il sera d'accord pour dire que c'est mal, mais sans flagrant délit il ne pourra rien faire, hormis vous répondre qu'il n'a rien constaté. Car la contravention nécessite une constatation. Et en matière d'outrage sexiste, il est peu probable que les policiers déjà submergés - allons-nous devoir rallonger leurs journées? - puissent rester planqués au coin d'une rue ou patrouiller à pied dans l'attente de constater, et ce dans le plus grand des hasards, un outrage sexiste en flagrant délit. 

Croire qu'on pourra mettre en place une police du flagrant délit pour ce genre de contraventions est totalement utopique. Et les femmes ne pourront de toute façon pas saisir les policiers puisqu'il s'agit d'une contravention…

[...]

En savoir plus sur lefigaro.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Nous avons besoin de vous ! Soutenez Peuple de France en faisant un don.



Articles à lire aussi