Revue de presse - Peuple de France: Danemark : les immigrés doivent s’assimiler ou partir, explique le gouvernement

vendredi 3 août 2018

Danemark : les immigrés doivent s’assimiler ou partir, explique le gouvernement

Emmanuel Macron fera une visite officielle au Danemark à la fin du mois d’août. Il ferait bien d’y prendre des notes au sujet de la nouvelle politique migratoire du gouvernement danois.

Longtemps très laxiste en matière d’immigration, le Danemark change très nettement d’attitude. Et la coalition gouvernementale lance un programme d’éradication des « ghettos ethniques ».


L’ancien ministre Henrik Sass Larsen, figure politique du parti social-démocrate, explique :

« Ceux qui, comme moi, ont grandi dans ces quartiers pensaient à l’époque que le temps serait notre meilleur allié. Qu’à force de jouer au football avec nous, d’aller à l’école avec nous, les immigrés allaient s’adapter et s’intégrer dans notre société. Or ce n’est pas le cas. Cela nous a choqués. »

« Désormais, notre objectif est l’assimilation. A partir de la deuxième ou de la troisième génération, les immigrés doivent devenir danois et avoir intégré le respect de nos valeurs (…) C’est à eux de s’adapter. Sinon, nous leur fournirons un billet d’avion pour l’Arabie saoudite ou tout autre pays qui applique la charia. »

Le gouvernement danois a identifié 25 ghettos ethniques aux abords des grandes villes et entend bien y mettre un terme. Le plan gouvernemental comprend diverses mesures.

Les allocations chômage versées aux réfugiés ont été diminuées de moitié. Elles sont passées à 900 euros par mois. Ce qui signifie tout de même que précédemment, le Danemark accordait un revenu mensuel de 1.800 euros à chaque réfugié pour se la couler douce ! Le gouvernement l’avoue.

A la rentrée, les habitants des ghettos ethniques vont être contraints d’envoyer leurs enfants à la crèche dès l’âge de deux ans afin qu’ils apprennent le danois. Marcus Knuth, porte-parole du gouvernement, précise :

« Nous voulons que les enfants parlent le danois dès leur plus jeune âge plutôt que d’autres langues comme l’arabe. »

Dans les collèges et lycées, il ne pourra y avoir plus de 30% d’enfants immigrés. Le mauvais côté de cette mesure, c’est que pour arriver à cet objectif, faute d’organiser la remigration, l’Etat va contraindre des familles d’immigrés à envoyer leurs enfants dans des écoles jusqu’ici préservées.

Les HLM devront disparaître. Le gouvernement ne veut plus des tours qui surplombent les ghettos ethniques. Dans l’un de ces ghettos, à Hoje Taastrup, huit immeubles comprenant 185 appartements doivent être rasés cet été.

La mesure la plus intéressante consiste à punir d’une peine deux fois plus sévère les crimes et délits commis par des habitants des ghettos ethniques. Les défenseurs des immigrés y voient une violation du droit danois , de la déclaration des droits de l’homme et de la Convention de l’ONU contre la discrimination raciale. Mais le porte-parole du gouvernement n’y voit aucun problème de constitutionnalité : « Nous avons déjà dans le droit des amendes pour excès de vitesse dont le montant est doublé lorsque l’infraction est commise sur une portion de route en travaux, car les ouvriers y sont en danger. L’idée est la même. »

Notons encore que le Danemark n’est pas prisonnier de la laïcité. La Constitution danoise précise que le royaume est chrétien. Il y a liberté de religion mais pas égalité entre les religions.

Aucun commentaire:

Articles à lire aussi