Revue de presse - Peuple de France: Attaques au couteau: l’été meurtrier

www.peupledefrance.com

Recherche sur le web

lundi 13 août 2018

Attaques au couteau: l’été meurtrier

La liste des agressions violentes qui émaillent le quotidien des Français ne cesse de s’allonger dans ce qui apparaît au grand jour comme un ensauvagement de la société. D’égorgements en attaques ratées, la banalisation de la barbarie se diffuse et témoigne d’une dégradation spectaculaire de la civilité. C’est désormais au couteau que se livre le combat entre notre société et ses ennemis.

La liste des agressions violentes qui émaillent le quotidien des Français ne cesse de s’allonger dans ce qui apparaît au grand jour comme un ensauvagement de la société. D’égorgements en attaques ratées, la banalisation de la barbarie se diffuse et témoigne d’une dégradation spectaculaire de la civilité. C’est désormais au couteau que se livre le combat entre notre société et ses ennemis.

À Grenoble, Adrien Perez a été poignardé et tué par Younes et Yanis El Habib pour avoir secouru une amie ; à Jarny, un jeune homme s’est fait poignarder pour avoir défendu sa compagne. À Paris,
un « cycliste » qui n’avait pas supporté qu’un passager lui fasse simplement observer qu’on ne monte pas dans un bus avec un vélo a poignardé ce dernier. À Melun, un homme  a attaqué des policiers au couteau lors d’un contrôle de routine.  À Nîmes, un gardien de prison a été victime d’une tentative d’égorgement. À Genève, cinq femmes ont été sauvagement agressées et battues par des individus dont la voiture était immatriculée en France (dont l’entraide a été sollicitée par la Suisse)…

La liste des agressions violentes qui émaillent le quotidien des Français ne cesse de s’allonger dans ce qui apparaît au grand jour comme un ensauvagement de la société. La banalisation de la barbarie ne se manifeste pas uniquement par des actes à dimension terroriste ; elle se diffuse dans les relations du quotidien et témoigne d’une dégradation spectaculaire du civisme et de la civilité.

Violence gratuite

Car ce qui frappe au premier abord dans la description de ces agressions, c’est le déferlement de violence disproportionnée et le plus souvent totalement gratuite de la part d’individus qui semblent étrangers au processus de civilisation, de restriction de leurs pulsions : « Je veux, je prends car tout m’est dû, et si je n’ai pas, je frappe. » Cette bestialité est par ailleurs souvent déployée contre des personnes qui protègent et secourent les populations contre la loi de la jungle, comme ce fut le cas avec Marin à Lyon, autre victime de la racaille, laissé pour mort et handicapé à vie après avoir défendu un couple d’amoureux.

Ce déferlement de violence donne pourtant lieu à l’habituel ballet de dénégations du réel auquel les rejetons d’un gauchisme culturel moribond ont habitué leurs ouailles depuis des décennies. Il s’agit tout d’abord de minimiser et de railler ce qui ne relèverait « que » de la rubrique des faits divers, selon une hiérarchisation surannée dans laquelle seule compterait la politique internationale, matière supposée noble, étant entendu que la vie réelle des citoyens serait un sujet trivial. Il s’agit ensuite de rejeter toute considération sécuritaire, suspectée d’être odieusement réactionnaire et fascisante, -alors même que la prolifération de l’insécurité ne fait qu’augmenter mécaniquement l’adhésion aux votes extrêmes tant redoutés.

Laurent Mucchielli n’existe pas

Ce discours de dénégation de la délinquance est merveilleusement incarné par l’inénarrable Laurent Mucchielli dont certains médias complaisants ressortent régulièrement les élucubrations sociologisantes à chaque agression (on peut d’ailleurs se demander si, au plus fort de l’été, ils n’ont tout simplement personne d’autre sous la main). N’hésitant pas à énoncer que « la délinquance n’existe pas » (pas davantage sans doute qu’un homme blanc n’est blanc non plus que la terre est ronde ou que la pluie mouille), ce-dernier invoque des éléments multifactoriels ne permettant pas selon lui de dégager une lecture sécuritaire globale. C’est aussi l’occasion de ressortir comme dans un vide-grenier idéologique toute la ribambelle des arguments façonnant la culture de l’excuse. On y expliquera que les agresseurs sont en réalité des victimes de la société qui ne les prend pas assez en compte, ne paie jamais assez cher pour eux, ne les éduque pas, ne les cultive pas, ne les soigne pas, ne les forme pas, ne les respecte pas, ne les aime pas…

Selon cette perpétuelle inversion empreinte de misérabilisme et d’irresponsabilité, les vraies victimes ne sont pas prises en considération puisqu’elles ne sont que des incarnations de la société coupable, tandis que les vrais coupables, eux, sont promus au rang de victimes. Cette posture dogmatique qui se pare d’une prétendue scientificité sociologisante a fait son temps dans un pays où la quasi-totalité de l’échiquier politique semble devenue à peu près clairvoyante sur cette question, après avoir longtemps louvoyé et abandonné le sujet au seul Front national.

L’ennemi intérieur

On ne peut en fait qu’être frappé par la prolifération d’attaques au couteau et d’égorgements ou tentatives d’égorgement pudiquement dénommés désormais « attaques au cou » par des médias effarouchés. S’ensuivent alors toutes sortes de débats stériles aux fins de savoir si les agresseurs sont mus par des mobiles islamistes, le modus operandi de l’égorgement renvoyant naturellement à cette sphère d’influence. Et, selon un ballet lui aussi éculé, il est régulièrement expliqué dans un soupir de soulagement que les individus concernés sont qui déséquilibré, qui orphelin, qui sans père ni repère, qui meurtri de la société, qui toxicomane, qui saoul, qui mal luné. Bref, que rien de tout ceci n’a donc à voir avec l’islamisme.

Or, si l’on peut à l’évidence constater que ces actes ne sont pas à proprement parler terroristes ni revendiqués comme tel, il est toutefois incontestable qu’une frange de la population rejette les valeurs de la République, fait sécession contre la France et ne souhaite en aucun cas en admettre les fondements civilisationnels.....

[...]

En savoir plus sur causeur.fr

1 commentaire:

  1. MA FILLE CATHERINE BURGOD A été égorgé et frappé à mort par des barbares arrêtés
    et toujours pas jugés. crime commis le 19.12.2008 à MONTREAL-LA CLUSE (ain).
    comprenne qui pourra. moi j'en ai assez assez assez.........RAYMOND BURGOD

    RépondreSupprimer

Participer à la discussion

Nous avons besoin de vous ! Soutenez Peuple de France en faisant un don.



Articles à lire aussi