Peuple de France - Revue de presse française: Valérie Toranian «Aujourd'hui Desproges serait surveillé par le CSA et lynché sur les réseaux sociaux»

Alerte info

Flash info : Flash info

lundi 9 juillet 2018

Valérie Toranian «Aujourd'hui Desproges serait surveillé par le CSA et lynché sur les réseaux sociaux»

Valérie Toranian, rédactrice en chef de la Revue des Deux Mondes, aborde les sujets du féminisme et du politiquement correct. Elle s'inquiète d'une mise en danger de l'humour et de la liberté d'expression.

En couverture du dernier numéro de La Revues des deux mondes, la photo de Pierre Desproges et ce titre: «Femmes, juges, Noirs, étrangers, Dieu, homosexuel … Le rire est-il mort ?». Pourquoi cette une ? Le politiquement correct est-il de retour ?


Valérie Toranian.- L'insolence de Pierre Desproges, sa passion jubilatoire pour les mots, son esprit rabelaisien et voltairien, tellement français, ses calembours, son goût de l'absurde nous manquent. Pourrait-il se permettre aujourd'hui ses réquisitoires politiquement incorrects du Tribunal des flagrants délires sur une radio de service public? Il serait attaqué par des associations, surveillé par le CSA et lynché sur les réseaux sociaux. L'esprit de sérieux envahit tout. On peut être féministe (c'est mon cas) et rire des blagues sur les femmes quand elles sont drôles. Desproges osait tout mais il n'était jamais lourd ou vulgaire. Nous n'avons pas résisté au plaisir de publier soixante-cinq parmi les plaisanteries les plus incorrectes de Desproges, une lecture jouissive! On peut encore rire beaucoup en France et sur de nombreux sujets. Une nouvelle scène existe, pleine de talents.

Mais la scène se communautarise. Dans les stand-up, les Noirs peuvent faire sans problème des blagues de Noirs, les Arabes des blagues sur les Arabes, les Juifs sur les Juifs etc. Mais rire de tout et de tous est plus compliqué. L'humour est une arme contre la bêtise. L'humour juif est une parade des Juifs contre l'antisémitisme qui ridiculise les pires clichés antisémites pour désarmer la haine. Le witz anglais est une école de vie: Churchill devait convaincre la chambre des Lords de l'entrée en guerre en faisant vibrer la fibre patriotique mais aussi en amusant la galerie !

Vous ouvrez ce numéro avec un grand entretien du dessinateur Riss qui a repris la direction de Charlie Hebdo après l'attentat. La liberté d'expression a-t-elle régressé depuis la marche du 11 janvier en soutien aux journalistes de l'hebdomadaire satirique ?

Riss a repris avec courage le flambeau de Charlie Hebdo après la tuerie islamiste de janvier 2015. Il incarne aujourd'hui quelque chose de très fort, un esprit de résistance, la presse debout. Il nous explique dans cet entretien la complexité de son métier de dessinateur. Aujourd'hui les tribunaux protègent encore la liberté d'expression mais sont de plus en plus confrontés au «droit à la sensibilité», une notion qui oblige à reconnaître l'offense faite à un tiers en fonction de critères totalement subjectifs. Ce sont des pièges habiles et dangereux mis en travers de la liberté d'expression. Au nom des victimes ou de ceux qui se sentent offensés, doit-on se contraindre, s'autocensurer? Après les attentats de Charlie on a découvert qu'une partie importante de la population «n'était pas Charlie». Mais «être Charlie» ne signifie pas adhérer à tout ce qu'écrit ou dessine Charlie, mais se battre pour que Charlie Hebdo ait le droit de s'exprimer. Ce droit régresse, y compris hélas chez les jeunes, qui jugent qu'on n'a pas le droit de rire de tout, que certains sujets sont sacrés, tabous, que «Charlie Hebdo l'a bien cherché». C'est la tentation radicale d'une partie de la jeunesse récemment mise en avant dans une étude du CNRS. C'est inquiétant. Les islamo-gauchistes qui remettent en question la liberté d'expression de Charlie sous prétexte de se mettre du côté des «musulmans» sont des pousse-au-crime dangereux. Ils sont en première ligne dans le débat d'idées. Qui se bat aujourd'hui face à eux? Sommes-nous prêts à défendre ce principe fondamental de la liberté d'expression ? C'est la question importante que pose Riss.

[...]

En savoir plus sur lefigaro.fr

Aucun commentaire:

Articles à lire aussi

Soutenez Peuple de France en faisant un don.