Revue de presse - Peuple de France: Limitation à 80 km/h: un emplâtre sur une jambe de bois

www.peupledefrance.com

Recherche sur le web

lundi 2 juillet 2018

Limitation à 80 km/h: un emplâtre sur une jambe de bois

On nous bourre le crâne depuis des semaines sur cette décision sublime : la vitesse sur toutes les routes n'ayant pas de séparateurs devra être au maximum de 80 km/h au lieu des 90 actuellement. 

Mais qui connaît les statistiques d'accidentologie routière pour être à même de se faire réellement une opinion ?


Il est indubitable qu'en 46 ans, le nombre de tués sur la route à diminuer considérablement. En 1972, 18000 morts et depuis quelques années nous sommes autour de 3500. Tous les experts sont unanimes, les deux raisons de ce succès sont les progrès incroyables de la sécurité des voitures et l'amélioration du réseau routier ( Autoroutes, ronds points, séparateurs, suppression des arbres en bordure des routes...) et l'obligation de la ceinture de sécurité. La vitesse n'y ait pour pas grand chose. D'ailleurs il faut rappeler que la limitation à 130 sur Autoroute ne fut décidé que pour limiter la consommation d'essence, crise pétrolière oblige. 

La France, n'est pas classée dans les pays les plus sûrs en matière de sécurité automobile. Parmi les pays Européens, de taille comparable, avec 5,1 morts pour 100000 habitants nous sommes devancés par l'Allemagne 4,3, la Grande Bretagne 2,8, l'Espagne 3,6, seul l'Italie avec 5,6 est derrière nous de peu. 

Globalement, il faut rappeler que près de la moitié des tués sont des utilisateurs de deux roues ou des piétons, que plus de 1000 sont tués en agglomération, 250 sur autoroutes et environ 2000 sur routes nationales, départementales et communales.

Dans les accidents mortels, la seconde raison retenu par la gendarmerie est l'état des routes ( 25%) après l’alcoolémie (30%) à égalité avec une vitesse excessive. La quatrième raison est la défaillance technique et la vétusté des véhicules (20%).

Par ailleurs il est indiqué que 21% des tués n'avaient pas attaché leurs ceintures et que pour les deux roues 6% ne portait pas de casque. Enfin, une nouveauté, prenant de plus en plus d'importance, 22% des accidents impliquent des personnes sous l'emprise de stupéfiants !!!

Le fait que la vitesse ne soit incriminée que minoritairement lors d'accidents mortels est encore plus notable s'agissant des autoroutes. La cause principale est en effet la somnolence (27%) suivi presque à égalité par l'excès de vitesse (16%) et l’alcoolémie et les stupéfiants(15%). Là encore 29% des morts n'avaient pas attaché leurs ceintures. 

Après toutes ces statistiques, absolument nécessaires pour comprendre le problème, voyons pourquoi cette mesure des 80 km/h est un emplâtre sur une jambe de bois ?

Tour d'abord, nous avons vu que la vitesse n'est pas et de loin le problème majeur des accidents de la route et que deux types de problèmes pourraient être réglés prioritairement avec une solution technique adapté. Il faut, avec les constructeurs automobiles apporté au plus vite les améliorations technologiques suivantes sur tous les véhicules neufs et occasions.

Un véhicule ne devra plus pouvoir démarrer si les ceintures des occupants ne sont pas bouclées et si le conducteur n'a pas soufflé dans un éthylotest également valable pour les stupéfiants et montre qu'il respecte les limites autorisées. Cette mesure assurerait, immédiatement une diminution importante de la mortalité. En second lieu, accroître les contrôles techniques pour les véhicules de plus de dix ans d'âge. 

Troisième mesure technique équiper les véhicules d'alerte anti-somnolence. Cela pourrait être optionnel et recommande pour les utilisateurs des autoroutes ou familiers des longues distances. Voilà pour les véhicules et leurs conducteurs.

Pour le réseau routier, qui comporte 11600 km d'autoroutes, 10000 km de Routes Nationales, 380000 km de Routes Départementales et enfin 690000 km de Routes communales, il est évident qu'une mesure de plafonnement unique ( sauf Autoroutes et double-voies) est tout simplement stupide. 

Il faut du discernement et adapter les limites de vitesse aux situations locales et donc donner le pouvoir de décision aux départements et à une commission ad hoc. 

Pour finir, nous pouvons donner acte au Premier Ministre de sa grandes compétence en Physique (1/2 de mv2...) et qu'un choc à 90 km/h est plus fort qu'à 80. Mais pourquoi pas s'arrêter en si bon chemin 70, 60..... 

Enfin, rappelons, qu'à l'instar des immigrés pour lesquels la solution est qu'ils ne viennent pas et pas de les gérer, pour la route il s'agit prioritairement d'éviter les accidents et pas ou en tous cas moins d'en limiter les conséquences.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Nous avons besoin de vous ! Soutenez Peuple de France en faisant un don.



Articles à lire aussi