Peuple de France - Revue de presse française: Merci aux policiers d’être là pour nous défendre, face aux racailles

Alerte info

Flash info : Flash info

samedi 7 juillet 2018

Merci aux policiers d’être là pour nous défendre, face aux racailles

Comme la plupart des Français, je vous admire, vos collègues et vous, pour le travail incroyable que vous effectuez chaque jour

Cher Monsieur,

Je ne vous connais pas, en toute honnêteté, je ne peux même pas situer exactement Nantes sur la carte de France (à peu près tout de même).


Comme tout le monde, j’ai vu ce qui était arrivé mardi soir et j’en ai été tellement abasourdie que j’ai demandé à pouvoir rédiger un papier à ce sujet. Je ne suis pas la seule. J’ai été enchantée de lire ce matin que vous étiez en tête des sujets traités. Des milliers de personnes ont lu ces articles.

Je ne suis pas seule à être dégoûtée de cette lamentable comédie ! En entendant la stupide présentatrice prendre un ton larmoyant pour annoncer le « décès dramatique d’un jeune homme » et le « chagrin de la famille endeuillée » j’ai été prise de nausées.

Qui pense à votre famille aujourd’hui ? Vous avez certainement femme et enfants. Personne n’évoque leur chagrin, leur inquiétude.

La marche blanche, c’est pour la vermine. Vous récoltez seulement les insultes.
Comme la plupart des Français, je vous admire, vos collègues et vous, pour le travail incroyable que vous effectuez chaque jour, je n’imagine même pas mettre un pied dans ce genre de quartier, je suis en sécurité, grâce à vous.

Un accident, qui s’étonnerait ? Un coup de feu accidentel…. Je ne m’étonne pas non plus que vous ayez été forcé de mentir lors de votre première déclaration. Sous le coup de l’affolement, du choc.
Tentant de stopper la crapule en l’attrapant de la main par le bras, le pistolet dans l’autre. Dans l’agitation, le coup est parti. Qui peut vous en vouloir ? Epuisé, découragé comme tellement des vôtres…..

Vous êtes dévasté par votre acte. Ce tir a conduit à la mort d’un homme, même si celui-ci, au regard de la loi, ne valait pas un liard. Vous regrettez, vous pensez que vous regretterez tout au long de votre vie.

Pensez-vous que les jeunes du quartier, qui contestent en démolissant, en dévastant, incendiant, saccageant tout autour d’eux, regrettent leurs actes ? C’est vous, avec votre traitement insuffisant, et nous, avec le nôtre, qui allons, une fois de plus, régler la facture……

Mère de famille nombreuse, ma première pensée, en vous sachant en garde à vue, fut de me demander si quelqu’un vous apporterait un panier contenant « une galette et un petit pot de beurre »…
Vous n’êtes pas seul. Des millions de gens pensent à vous, vous comprennent, aimeraient vous écrire, mais ne le peuvent.. Votre nom est gardé secret, heureusement, pour vous protéger de cette racaille qui vous veut du mal.

Je ne pense pas que vous lirez cette lettre, cela n’a aucune importance. Je voudrais vous dire MERCI.

  • Merci d’avoir été là
  • Merci d’être intervenu
  • Merci de nous avoir débarrassés de ce gredin
  • Merci de nous protéger jour après jour, nuit après nuit
  • Merci de supporter la chaleur, le froid, la fatigue pour nous défendre
  • Merci d’avoir le courage de pénétrer dans ces quartiers nauséabonds
  • Merci de faire un métier si pénible, si dangereux
  • Merci de sacrifier tous vos weekends
  • Merci de prendre tous les risques à notre place


J’ai énormément de respect pour vous, comme pour vos collègues. Tous les Français vont suivre votre parcours et comme moi, espérer que vous en sortirez la tête haute, avec les excuses du gouvernement.

Anne Schubert pour ripostelaique.com

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Très bien madame, je partage. Bravo

Unknown a dit…

Très belle lettre très touchant cri du coeur je partage Et vous supporte

Anonyme a dit…

Merci aux forces de l ordre et pompiers on sait que c est tres difficile courage a vous !!!!!

Anonyme a dit…

merci madame je suis d'accord je partage la fin de votre lettre si vous le permettez

Articles à lire aussi

Soutenez Peuple de France en faisant un don.