Peuple de France - Revue de presse française: Ivan Rioufol: Macron dépassé par la Hongrie d'Orban

Alerte info

Flash info : Flash info

mardi 3 juillet 2018

Ivan Rioufol: Macron dépassé par la Hongrie d'Orban

Ivan Rioufol
Le sol se dérobe sous Emmanuel Macron et Angela Merkel. 

Leurs voix ne portent plus, à force de rester dans l’entre-soi des encouragements mutuels. La chancelière est, ce lundi, à la merci de son ministre de l’intérieur, Horst Seehofer (CSU) : il menace de faire éclater l’alliance historique (1949) avec la CDU s’il n’obtient pas d’ici mercredi des engagements sur un revirement de la politique migratoire.
Lors de l’émouvant hommage rendu, dimanche, à Simone Veil avant son entrée au Panthéon avec son mari Antoine, le président a évoqué "les vents mauvais (qui) à nouveau se lèvent". Macron visait-là les mouvements populistes. Or ce sont eux qui résistent au nouvel antisémitisme porté par l’islam politique en Europe. La "France des collabos", évoquée par Macron pour se réhausser, est aujourd’hui celle qui se tait ou pactise devant la "peste verte". Dans une note confidentielle écrite il y a deux semaines, l’ambassadeur de France en Hongrie, Eric Fournier, a fustigé "la presse française et anglosaxonne" : le diplomate soupçonne les médias, qui accusent la Hongrie d'antisémitisme, de vouloir détourner l’attention du "véritable antisémitisme moderne", celui des "musulmans de France et d’Allemagne". Pour avoir osé écrire cette vérité interdite, l’ambassadeur a été limogé samedi par Macron. Parlant de Orban le 15 avril lors d’un entretien télévisé, le chef de l’Etat avait déjà dit : "Je ne partage rien de ses valeurs". Mais c’est le premier ministre hongrois qui trouve, de plus en plus, l’écoute de ceux qui s’inquiètent de leur survie dans un monde ouvert et relativiste.

Le 15 mars, Orban a déclaré ceci, en désignant Bruxelles et les mondialistes : "Ils veulent qu’en quelques décennies, de notre propre gré, nous donnions notre pays à d’autres : des étrangers venus d’autres coins du monde, qui ne parlent pas notre langue, ne respectent pas notre culture, nos lois ni nos modes de vie, qui veulent remplacer les nôtres par les leurs (…) Bruxelles ne défend pas l’Europe (…) Nous avons renvoyé le sultan et ses janissaires, nous avons renvoyé l’Empereur Habsbourg et ses soldats, les Soviets et leurs camarades et maintenant nous allons renvoyer George Soros et ses réseaux. Nous lui demandons de retourner en Amérique". Au prétexte que Soros est Juif, le procès en antisémitisme est ouvert contre Orban par ceux qui ne veulent surtout pas l’entendre. Or c’est Orban qui, en avril dernier, a déclaré à l’adresse de Benyamin Netanyahou, premier ministre d’Israël et soutien du Hongrois : "La Hongrie fera preuve de tolérance zéro contre l’antisémitisme (…) La Hongrie a commis un crime durant la seconde guerre mondiale en échouant à protéger les Juifs, mais cela n’arrivera plus". En considérant la Hongrie comme un "modèle" dans sa "gestion des mouvements migratoires illégaux", l’ambassadeur Fournier n’a certes pas craint d’aller à contre-courant du récit macronien. La réponse brutale du chef de l’Etat est conforme à ce qu’il a déjà montré de son autoritarisme mal venu. Mais c’est lui, Macron, qui est en train de perdre pied.

Article de Ivan Rioufol paru sur son blog

Aucun commentaire:

Articles à lire aussi

Soutenez Peuple de France en faisant un don.