Revue de presse - Peuple de France: Heurts après France-Belgique : 99 policiers blessés, plus de 50 interpellations et 52 gardes à vue.

Recherche sur le web

vendredi 13 juillet 2018

Heurts après France-Belgique : 99 policiers blessés, plus de 50 interpellations et 52 gardes à vue.

On attend toujours la déclaration habituelle de soutien aux forces de l’ordre du sinistre de l’Intérieur, Gérard Collomb !

Nice (06) – Cours Saleya et quai des Etats-Unis, les deux endroits les plus fréquentés de la capitale azuréenne, surtout dans la soirée et encore plus lors du match de demi-finale de coupe du monde France/Belgique et le résultat que l’on sait.


Soudain deux pétards éclatent ainsi qu’un fumigène.

Immédiatement c’est un mouvement de panique générale qui s’empare de la foule.

Les gens assis aux terrasses des cafés et des restaurants, ainsi que les très nombreux promeneurs, se mettent à fuir dans tous les sens, balayant tout sur leur passage.

Certains se précipitent dans les établissements pour tenter de se mettre à l’abri.

Plus d’une trentaine de personnes sont blessées et traumatisées plus ou moins légèrement.

Mercredi matin c’est une véritable scène de lendemain d’émeute que présente le quartier ravagé par cette fuite éperdue, ce vent de panique qui a soufflé.

Plusieurs ambulances ont été mobilisées ainsi que les forces de l’ordre et de nombreuses personnes choquées et en pleurs ont été conduites vers les hôpitaux de la ville.

Cette panique générale, au-delà même, bien sûr, de l’imbécillité de faire éclater deux pétards et un fumigène (ce qui a été sans aucun doute prémédité dans le but d’obtenir ce résultat !) dans un quartier d’une ville encore très marquée par l’attentat meurtrier du 14 juillet, cette panique générale donc prouve, si cela était nécessaire, l’état d’esprit, l’anxiété et le climat de terreur, dans lesquels vivent depuis quelques années toutes les populations de nos principales villes.

Ces pétards qui n’auraient fait que sursauter et rires il y a seulement quelques années, font aujourd’hui peur et provoquent des paniques dans tout le pays.

Le peuple hésite à se rassembler, on le lui déconseille même officiellement, pour prendre quelques heures de bon temps, s’amuser quelques heures et, quand il le fait, ce n’est que dans l’angoisse d’être pris dans un attentat, recevoir une rafale de kalachnikov, ou encore, ce qui est devenu quotidien, un ou plusieurs coups de couteau.

Si la police, la gendarmerie, l’armée même, ne reçoivent pas les ordres nécessaires à un rétablissement de l’ordre républicain, par tous les moyens, alors l’avenir de la France se poursuivra dans ce climat délétère et pré-révolutionnaire que nous subissons depuis, hélas !, déjà quelques années !

Et cela est confirmé par toutes les attaques subies par les forces de l’ordre au cours de cette soirée qui aurait dû être dominée par la joie, et qui l’aurait été dans d’autres temps !

Il n’y a pas eu d’éclatements de pétards à Rouen (76), place du général de Gaulle et pourtant, dès la rencontre terminée, plus de 300 « casseurs » ont pris violemment à partie les forces de l’ordre ( !), présentes également place de l’Hôtel de Ville, pour, paraît-il, sécuriser les lieux !

Après plusieurs heures d’affrontements, huit individus, dont deux mineurs, ont été placés en garde à vue pour violences à l’encontre des policiers.

Et des scènes identiques se sont déroulées dans plusieurs villes de France et le bilan est lourd : 99 policiers blessés, plus de 50 interpellations et 52 gardes à vue.

Mantes-la-Jolie (78) – Jets de projectiles sur la police et 4 racailles placées en garde à vue.

Les Ulis et Palaiseau (91) – 6 poubelles, une voiture et un tractopelle entièrement détruits par un incendie et, bien sûr, jets de projectiles sur les forces de l’ordre.

Aucune interpellation !

Savigny-le-Temple et Moissy-Cramayel (77) – Intervenant pour des feux de poubelles, les policiers et les pompiers ont essuyés des tirs de mortier. Une canaille placée en garde à vue.

Lyon (69) – Place des Terreaux, 5000 supporters étaient réunis pour fêter la victoire de la France sur la Belgique. Avant de se disperser certains ont pris l’initiative de jeter des projectiles sur les voitures de police. Deux véhicules dégradés et 4 interpellations.

Saint-Etienne (42) – Une « racaille » interpellée et placé en garde à vue pour avoir dégradé les voitures en stationnement en sautant lourdement sur les capots.

Grenoble (38) – Jets de projectiles sur la police. La vitrine d’un magasin « H&M » brisée et une caméra de vidéosurveillance dégradée. Un policier légèrement blessé. Deux « racailles » interpellées.

Voiron (38) – 400 individus ont attaqué le commissariat de police, lançant des projectiles sur les forces de l’ordre défendant l’édifice public.

Un policier légèrement blessé. Un individu placé en garde à vue.

Bourgoin-Jallieu (38) – Le chef du dispositif de sécurisation, un commandant de police, a été blessé gravement par un projectile reçu sur la tête.

Il a été conduit à l’hôpital avec une plaie sanglante.

 Creil (60) – Un individu en garde à vue pour avoir jeté des projectiles sur les policiers.

Lens (62) – Huit « casseurs » en garde à vue pour violences contre les agents de la force publique et deux autres pour dégradations.

Un policier blessé à la main.

Le Havre (76) – Deux individus interpellés, rue Voltaire, après avoir blessé un policier en jetant des projectiles.

Chartres (28) – Un policier blessé par un projectile. L’individu a été interpellé.

Vannes (56) – Sur le port, deux « racailles » qui lançaient des cailloux sur les policiers ont été placées en garde à vue. Une policière, atteinte au front est légèrement blessée.

Cannes (06) – Plusieurs centaines d’individus réunis sur la Croisette, ont jeté des projectiles sur les forces de l’ordre. Six ont été placés en garde à vue.

Fréjus-Saint-Raphaël (83) – La commissaire de police est atteinte au poignet gauche par un projectile. Cinq « racailles » ont été placées en garde à vue.

Bordeaux (33) – Un individu interpellé après avoir dégradé une voiture.

Strasbourg (67) – Cinq feux de poubelles allumés pour manifester leur joie après la victoire de la France. Aucune interpellation… mais nous sommes à Strasbourg et cela se comprend !

Nancy (54) – Place Stanislas, une des plus belles places du monde, trois interpellations pour jets de projectiles sur la police.

Paris (75) – Violents affrontements sur les « Champs Elysées » entre une certaine « racaille » venue des banlieues dans le but de s’attaquer aux forces de l’ordre.

Certains, parmi eux, ont eu la mauvaise idée de sortir un drapeau algérien (il y en a eu plusieurs) et, pour une fois, et peut-être même la première fois… mais pas la dernière, ils se sont fait « tabasser » par quelques supporters « véritablement » français !

Calais (Hauts-de-France) – En décembre 2017, la police découvre un cadavre humain dans un sac de voyage. Il s’agissait d’une femme de nationalité soudanaise en état de décomposition avancée. Identifiée grâce à ses empreintes digitales, elle avait été assassinée probablement en juillet 2017.

Son meurtrier, Ali Adam Borma Nourdin, avait l’intention de se rendre en Grande Bretagne et, entre temps, il avait fait venir sa conjointe à Calais, en mai 2017, et elle était enceinte.

Après avoir tué sa femme, Ali Adam s’est sauvé en Italie et s’est dissimulé, dans le hameau de Cassibile, parmi les milliers de « migrants » illégaux, arrivés à Syracuse.

C’est là qu’il a été arrêté.

Bien entendu pas question de s’intéresser dans cette rubrique aux émeutes qui se sont produites à l’étranger. Elles ont été bien trop nombreuses et beaucoup plus graves qu’en France.

Nous allons avoir la curiosité de constater combien de ces plus de cinquante « interpellés » vont repartir « libres » afin de pouvoir recommencer ?

On attend toujours la déclaration habituelle de soutien aux forces de l’ordre du sinistre de l’Intérieur, Gérard Collomb !

Manuel Gomez

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Soutenez Peuple de France en faisant un don.



Articles à lire aussi