Revue de presse - Peuple de France: Grève SNCF : 790 millions de perte que les Français paieront

www.peupledefrance.com

Recherche sur le web

mercredi 25 juillet 2018

Grève SNCF : 790 millions de perte que les Français paieront

Les usagers seront comme d’habitude les grands oubliés du petit jeu entre hauts fonctionnaires d’un côté et syndicalistes de l’autre.

Revenons donc à la réalité Française : Guillaume Pepy, le PDG de la SNCF, va entrer dans une salle réunissant les administrateurs du conseil de surveillance, c’est-à-dire 12 hauts fonctionnaires membres de 9 ministères, 4 experts choisis par l’État en fonction de leurs compétences (sic) – dont Valérie Pécresse et le médecin urgentiste Jean Rottner – et 8 représentants des salariés, chacun parrainé par un syndicat (3 représentants parrainés par la CGT, 2 par l’UNSA, 1 par Sud-Rail, un par la CFDT et un par FO/CFE/CGC).

Autant vous dire que quand Mr Pepy va annoncer les 790 millions d’euros qu’ont coûté à l’entreprise les grèves perlées, il ne sera aucunement question de faire le bilan de l’opération, ni de poser de questions qui fâchent, ni d’ailleurs de prendre le moindre risque d’évoquer n’importe quoi qui pourrait relancer le débat. Et ce pour la simple raison que contrairement à un réel conseil de surveillance ayant comme objet de veiller au bon fonctionnement d’une entreprise et d’en rendre compte aux actionnaires, celui de la SNCF représente les deux camps qui se sont opposés lors du conflit : l’État d’un côté, les syndicats de l’autre. La SNCF, ou plus précisément les dirigeants, les non-grévistes et les usagers, n’ayant pas vraiment eu leur mot à dire.


Il ne sera donc aucunement question d’établir le bilan de ces grèves, d’en rendre compte aux actionnaires de la société (c’est-à-dire l’État) et d’en tirer les conséquences afin que cela ne se reproduise pas dans l’avenir, mais plus vraisemblablement de se mettre plus ou moins d’accord sur l’histoire à raconter afin d’enterrer cette grève inutile (comme l’ont été les grèves précédentes) déclenchée en réaction d’une réforme tout aussi inutile (comme l’ont été les réformes précédentes).

Le pouvoir, enlisé dans l’affaire Benalla fera tout pour éviter un scandale de plus et les syndicats totalement décrédibilisés par une grève qui est loin d’avoir reçu le soutien populaire espéré trouveront cette fois comment se mettre d’accord pour cacher la poussière sous le tapis.

Le désamorçage de l’opération est d’ailleurs déjà en cours : l’État ayant laissé fuiter le montant de l’addition et la CGT ayant lancé subrepticement un préavis de grève pour le jour du conseil de surveillance afin de masquer le plus possible l’événement aux yeux des médias et des usagers.

Ce qui permettra par la même occasion aux usagers de subir un jour de grève supplémentaire et encore plus inutile que les précédents, si tant est que cela soit possible. Le texte incriminé a lui été voté à l’assemblée et au sénat.

Il n’y aura donc ni gagnant, ni perdant, aucun responsable, aucun coupable : les usagers ayant piétiné pendant des heures pour finalement arriver en retard après avoir voyagé dans des conditions épouvantables seront comme d’habitude les grands oubliés du petit jeu entre hauts fonctionnaires d’un côté et syndicalistes de l’autre. Les contribuables épongeront comme d’habitude la dette générée par l’incompétence d’une gestion irresponsable.

Article complet dans contrepoints.org

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Nous avons besoin de vous ! Soutenez Peuple de France en faisant un don.



Articles à lire aussi