Revue de presse - Peuple de France: Emmanuel Macron : « Alexandre Benalla n'a jamais été mon amant. »

www.peupledefrance.com

Recherche sur le web

mercredi 25 juillet 2018

Emmanuel Macron : « Alexandre Benalla n'a jamais été mon amant. »

Le petit Emmanuel a été retrouvé ! Enfin pas tout à fait puisque selon la presse d’Etat, il aurait été aperçu aux côtés du gouvernement et de députés de la majorité dans la soirée du 24 juillet. 

Les propos reportés ont donc été savamment distillés par des relais du pouvoir et l’on peut s’étonner des quelques phrases du président qui affirme notamment ne pas être l’amant d’Alexandre Benalla. Un cri du cœur en direction de Brigitte ? 

La rédaction de 24 heures actu est en liesse. Quelques heures après la diffusion d’une alerte enlèvement concernant le petit Emmanuel Macron, l’espoir de le retrouver renaît. Il aurait été aperçu et même entendu, ce soir, à la Maison de l’Amérique latine à Paris. Des députés La République en Marche et le gouvernement presque au complet auraient ainsi pu boire les paroles de Jupiter. Une opportunité bien trop rare pour celui qui se mure dans le silence depuis le début de ce scandale d’Etat.

Encore debout, mais seulement en famille

Apprécions donc à leur juste mesure les quelques bribes laissées à une presse en manque cruelle d’un Macron qui joue un difficile coup de poker menteur. « Ce qui s’est passé le 1er mai est grave, sérieux » a affirmé le président devant ses quelques soutiens encore debout. Pas assez grave pour virer ce Benalla. Quinze jours d’une mise à pied bien théorique ont suffi pour un acte si grave… Etonnant ! Le président poursuit : « Et ça a été pour moi une déception, une trahison ». Là encore la trahison ne se paye pas chère ! Mais que peut-on attendre de celui qui a trahi Flamby pour occuper l’Elysée aujourd’hui ? La trahison, c’est son rayon !

Macron revient sur l’idée pas vraiment saugrenue que Benalla n’a pas été traité comme un chargé de cabinet comme les autres. « Personne, personne auprès de moi ou dans mon cabinet n’a jamais été protégé ou soustrait aux règles, aux lois de la République, au droit de tous les citoyens ». Les éléments révélés depuis une semaine montrent que si. Un proche du pouvoir tabasse des innocents et continue de fanfaronner alors que l’Elysée, le ministère de l’Intérieur et la préfecture de police de Paris sont au courant… Cela donne bien l’impression qu’il existe des protections spéciales pour certains.

Et Macron joue (devant ses partisans uniquement) au grand garçon qui assume. « S’ils cherchent un responsable, le seul responsable, c’est moi et moi seul. C’est moi qui ai fait confiance à Alexandre Benalla. C’est moi qui ai confirmé la sanction ». Le président confirme ainsi ce que l’ensemble des auditions jusqu’à ce jour soulignait plus ou moins explicitement. Le responsable et donc le coupable se trouve à l’Elysée et occupe la plus haute fonction de l’Etat !

Maintenant qu’il a plaidé coupable certainement sans s’en rendre compte, il est tant de payer l’addition surtout que le président martèle que « Ça n’est pas la république des fusibles, la république de la haine. On ne peut pas être chef par beau temps ». C’est bien, mais il est important de préciser qu’il n’y a aucune haine. Les Français cherchent la vérité pleine et entière et s’agacent de voir que tout est fait par l’Elysée pour la leur cacher. Quant à l’idée qu’aucun fusible ne sera enclenché, il suffit d’attendre quelques semaines pour voir qu’il s’agit là d’un nouvel enfumage typiquement macronien.

Et dans un saut de l’ange, Macron conclut : « S’ils veulent un responsable, il est devant vous. Qu’ils viennent le chercher. Je réponds au peuple français ». Mais c’est justement ce que les Français cherchent depuis une semaine. Macron a disparu et fait semblant d’être à disposition. Qu’il aille devant les Parlementaires vu qu’il prétend vouloir leur donner la parole en Congrès et faire toute la lumière sur cette affaire ! Macron acceptera-t-il d’être auditionné… ? Peut-être quand les Commissions auront été expurgées de tous les parlementaires un peu trop curieux.

Et pour ceux qui avaient eu l’idée que toute cette histoire n’était qu’une tentative de mettre le voile sur une histoire d’amour, le président a affirmé ne « pas être l’amant » de Benalla ! Ouf ! L’honneur (de Brigitte) est sauf ! Par contre la vérité et la démocratie ne sont pas encore sauvées. Loin de là ! Il est temps que Macron fasse vraiment face à ses responsabilités et arrête les démentis grotesques devant une poignée de soutiens. Chaque heure qui passe ajoute au supplice de la Macronie, mais l’ex-maître auto-proclamé des horloges ne l’a toujours pas compris.

1 commentaire:

  1. Il ya de fortes chances.... Quelque chose cloche chez lui .....

    RépondreSupprimer

Participer à la discussion

Nous avons besoin de vous ! Soutenez Peuple de France en faisant un don.



Articles à lire aussi