Revue de presse - Peuple de France: Prix cassés, ristournes cachées : les petits arrangements de la campagne d’Emmanuel Macron

jeudi 7 juin 2018

Prix cassés, ristournes cachées : les petits arrangements de la campagne d’Emmanuel Macron

Emmanuel Macron a bénéficié d’importantes ristournes pendant sa campagne, et pas seulement de la société GL Events. La commission des comptes de campagne semble être passée à côté de certaines factures potentiellement litigieuses. C'est ce que révèle Radio France ce jeudi.

Des entreprises ont bien cassé les prix pour se mettre au service d’Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle. Mediapart et Le Monde ont déjà révélé que certaines remises accordées au candidat d’En Marcheont attiré l’attention de la commission nationale des comptes de campagne (CNCCFP), qui, après examen, a finalement jugé que ces ristournes étaient "normales et régulières".
Cependant, l’enquête de la cellule investigation de Radio France montre que ce ne sont pas les seules conditions avantageuses dont a bénéficié Emmanuel Macron. Certains rabais conséquents ont échappé à la vigilance de l’autorité de contrôle.

A deux reprises, Emmanuel Macron est monté sur la scène de théâtres parisiens, le 6 février 2017 à Bobino, puis le 8 mars au Théâtre Antoine. Point commun des deux salles : leur propriétaire, Jean-Marc Dumontet (il est copropriétaire du Théâtre Antoine avec Laurent Ruquier). En quelques années, il a constitué un petit empire dans le secteur, JMD Prod. L’homme qui a lancé Nicolas Canteloup notamment est aujourd’hui un personnage incontournable du théâtre français. Il présidait, le 28 mai dernier, la cérémonie des Molières.

Lors de la campagne présidentielle, Jean-Marc Dumontet est devenu proche du couple Macron. Il s’est engagé publiquement en faveur de l’ancien ministre de l’Economie qu’il a alimenté en notes et en conseils. Le 8 mars 2017, à la fin d’une soirée consacrée à l’égalité hommes-femmes, Brigitte Macron le remercie chaleureusement d’avoir accueilli ce meeting de campagne.

Ce soir-là, le théâtre Antoine a été facturé 3.000 euros au candidat Emmanuel Macron. Un mois plus tôt, à Bobino, c’était le même tarif. Des prix très inférieurs à ceux habituellement pratiqués par la société de Jean-Marc Dumontet. Pour le vérifier, il suffit de consulter des sites spécialisés. Avec les options obligatoires, le tarif de base de la location de la salle avoisine les 13.000 euros TTC. Nous avons appelé directement JMD Prod pour obtenir un devis pour un événement du même format qu’un des meetings d’Emmanuel Macron. Au téléphone, un responsable de Bobino annonce : "On va partir sur du 11.000 hors taxes (13.000 TTC). Après si vous voulez de la vidéo-projection ou des machins comme ça, ce sera en supplément". L’équipe de campagne d’Emmanuel Macron a donc obtenu un tarif au minimum 75 % moins cher que ce qui nous est annoncé !

Le tarif n’est pas la seule chose intrigante dans ces factures. Elles sont aussi étonnamment succinctes, s’agissant de la location de salles de 700 places. Aucune mention n’est faite des prestations "obligatoires" comme l’éclairage, la régie son, la sécurité incendie… "Cela paraît invraisemblable de présenter des factures aussi peu précises" s’étonne un proche d’un autre candidat à la présidentielle à qui nous avons présenté le document. La commission des comptes de campagne n’a cependant pas tiqué et a validé ces deux factures. 

[...]

En savoir plus sur francebleu.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Articles à lire aussi

Faire un don à Peuple de France avec PayPal