Revue de presse - Peuple de France: Pensions de réversion: "Cela suffit de prendre nos ainés, qui ont travaillé toute leur vie, pour des vaches à lait." (Ciotti)

vendredi 22 juin 2018

Pensions de réversion: "Cela suffit de prendre nos ainés, qui ont travaillé toute leur vie, pour des vaches à lait." (Ciotti)

 «  Doit-on maintenir les pensions de réversion ? » telle est la question posée par Jean-Paul Delevoye, haut-commissaire chargé de la réforme des retraites, lors d’une de ses réunions bihebdomadaires avec les partenaires sociaux, qui a soulevé légitimement de nombreuses craintes .

Je veux mettre en garde le Gouvernement sur les dangers d’une éventuelle suppression ou d’une réduction de ce principe de réversion qui reviendrait à creuser toujours plus les inégalités en défaveur des femmes.




En effet, qui dit « revisiter » ce système, revient aussi à faire des femmes les grandes perdantes de cette réforme. Selon le rapport 2018 de la DREES (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques),  sur les 4,4 millions de personnes percevant une pension de réversion au 31 décembre 2016, 89% sont des femmes ; et pour un million d’entre elles, c’est le seul revenu ! Pour 45% des retraitées qui touchent une pension inférieure au seuil de pauvreté (contre 11% des hommes dans la même situation), il s’agit donc ni plus ni moins qu’une bouée de sauvetage indispensable.

La pension de réversion qui a été pensée pour compenser l’inégalité de revenus au sein de nombre de ménages, permet aujourd’hui encore à 3,9 millions de veuves de survivre et de réduire l’écart de retraites entre hommes et femmes qui s’élève à 25% mais bondirait à 40% sans la réversion (soit une différence de 15 points !).

Je regrette l’arrière-pensée qui sous-tend cette question : puisque l’espérance de vie des femmes est supérieure de 5 ans en moyenne de celle des hommes, la suppression de la pension de réversion (représentant 35 milliards d’euros par an soit 11 % de l’ensemble des pensions) qui bénéficie majoritairement aux femmes constituerait, de facto, une source d’économies substantielles, voir permettrait même de rééquilibrer le régime des retraites. C’est d’un cynisme affligeant !

Alors que la lutte contre les inégalités hommes-femmes a été érigée en grand chantier de ce quinquennat, l’harmonisation à la baisse des pensions de réversion reviendrait donc à accroître les inégalités qu’il prétend vouloir combattre. 

Emmanuel Macron n’aime pas les retraités, qu’il a désigné en principales victimes du matraquage fiscal en marche. Il l’a prouvé en augmentant massivement la CSG de 25% pour 8,2 millions de retraités depuis le 1er janvier 2018. Une hausse à laquelle s’ajoute également l’augmentation de taxes en tout genre et la création de 8 nouveaux impôts depuis mai 2017. Je refuse que le pouvoir macronien s’en prenne une nouvelle fois à eux et en particulier aux femmes. Je redoublerai de vigilance pour que cette énième injustice ne voit jamais le jour.

Cela suffit de prendre nos ainés, qui ont travaillé toute leur vie, pour des vaches à lait.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Articles à lire aussi

Faire un don à Peuple de France avec PayPal