Revue de presse - Peuple de France: Médine au Bataclan: « L’islamisme n’a peut être pas encore assez tué pour intéresser les médias » (Damien Rieu)

mercredi 20 juin 2018

Médine au Bataclan: « L’islamisme n’a peut être pas encore assez tué pour intéresser les médias » (Damien Rieu)

Damien Rieu est un activiste identitaire qui a lancé la bataille contre la venue du rappeur islamiste Médine au Bataclan, à la fin de l’année.

Très actif et très suivi sur les réseaux sociaux, il a contribué depuis plusieurs années déjà à « lever des lièvres » médiatiques et à mener une bataille pour la défense de la civilisation Européenne. Nous l’avons interrogé au sujet de son action quotidienne, et de la « polémique Médine ».
Breizh-info.com : Vous êtes actuellement l’un des twittos les plus influents concernant la polémique Médine au Bataclan. Pouvez-vous revenir avec nous sur les ressorts de cette affaire et de cette mobilisation ?

Damien Rieu : Au départ j’ai cru à une blague. Je connaissais déjà un peu Médine et ses penchants ambigus. Rapidement de nombreux twittos scandalisés par ce projet de concert au Bataclan se sont mobilisés dans un premier temps pour faire connaître ses paroles, ensuite pour enquêter sur ses liens avec les islamistes, avant de découvrir qu’il en était lui-même un. Sur mon compte twitter, j’ai relayé de nombreux éléments compromettants et j’ai fais une petite vidéo au début de la polémique pour alerter et mobiliser les gens. Beaucoup de twittos m’ont ensuite envoyé leurs trouvailles que je partage sur mon compte.

Je connais bien cette mouvance de l’UOIF, les islamistes Frères Musulmans, pour les avoir directement affronté au tribunal à la suite de l’occupation pacifique du toit du chantier de l’une de leur mosquée, à Poitiers, en 2012. Je sais qu’ils ne font même pas semblant de cacher leur radicalité. Toutes preuves sont à portée de clics. Mais très peu de journalistes font ce travail d’investigation. Visiblement la question de l’islamisme n’intéresse pas les rédactions. Il n’a peut être pas encore assez tué pour intéresser les médias. Ils ont beaucoup évoqué les paroles polémiques mais n’ont rien dit sur l’essentiel : son engagement militant en tant qu’ambassadeur de l’association islamiste « Le Havre de Savoir ».

Or autant il peut toujours se cacher derrière la liberté d’expression ou la démarche artistique pour ses paroles, autant ce statut est absolument irréfutable et éclaire le vrai sens de ce concert, celui d’un acte de provocation et la conquête d’un sanctuaire.



Breizh-info.com : Cela vous a valu un grand nombre de menaces par ailleurs. Auriez-vous touché à un point sensible ?

Damien Rieu : Tous ceux qui s’affichent publiquement contre l’islamisme connaissent les risques. Certains l’ont payé de leur vie, en France comme à l’étranger. Mais nous ne devons plus reculer. Nous ne devons plus rien leur laisser passer. Médine est venu professer l’islamisme et la haine de la France sur les tombes de nos morts, sa carrière « d’artiste urbain engagé et ambigu » est terminée. Il sera désormais le rappeur islamiste. Quand à l’UOIF, c’est une question de temps. Les gouvernements ne pourront pas fermer les yeux très longtemps.

Les Français réclament des actes politiques forts, et ces prédicateurs islamistes sont sur la sellette. C’est donc plutôt à eux de s’inquiéter. Une colère populaire froide est en train de monter contre ceux qui tuent nos enfants et nos policiers.

[...]

Entretien complet dans breizh-info.com

Aucun commentaire:

Articles à lire aussi