Revue de presse - Peuple de France: 1er mai à Paris : un millier d’extrémistes de gauche a attaqué la police et tout cassé sur son passage

mercredi 2 mai 2018

1er mai à Paris : un millier d’extrémistes de gauche a attaqué la police et tout cassé sur son passage

Dégradations, jets de projectiles, restaurant McDonald saccagé, vitrines cassées, engins incendiaires lancés : l’extrême gauche a certainement montré de quoi elle est capable, ce 1er mai, à ceux qui auraient encore des doutes.


Les fascistes (le fascisme, il faut le rappeler, était un mouvement socialiste au même titre que le nazisme et le stalinisme) ont déclenché des heurts en marge du défilé du 1er Mai à Paris. Plus d’un millier d’anarchistes encagoulées ont attaqué les forces de l’ordre, selon l’AFP, et les violences ont été condamnées par le ministre de l’Intérieur.


Les forces de l’ordre ont essuyé « des jets de projectiles au niveau du boulevard de l’hôpital » (13e arrondissement de Paris), a confirmé à l’AFP la préfecture de police. Face à environ 1200 activistes encagoulées, la police a fait usage de tirs de gaz lacrymogènes et de deux lanceurs d’eau.

Le cortège de la manifestation du 1er mai a été retardé de plus d’une heure par la violence des agresseurs, vers 15h40, depuis la place de la Bastille pour rejoindre la place d’Italie.

Le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a condamné « avec fermeté » les « violences et dégradations » commises en marge du défilé. « Tout est mis en œuvre pour faire cesser ces graves troubles à l’ordre public et appréhender les auteurs de ces actes inqualifiables », a écrit le ministre sur Twitter, alors que personne ne croit que les auteurs seront réellement appréhendés.

En tête du cortège, les milices black blocks hurlaient des insultes à la police, notamment «tout le monde déteste la police», «Paris, debout, soulève toi». Sur les banderoles étaient écrites des incitations à la violence : «cette fois on s’est organisé », « premiers de cordée, premiers guillotinés».

Sur le trajet de la manifestation, les fascistes assoiffés de violence, désireux de tout détruire sur leur passage, se sont également attaqués à une concession automobile située boulevard de l’hôpital, à un abribus et à une pelleteuse de chantier, qui a été pris feu sous l’effet d’un engin incendiaire. Une voiture et un scooter ont également pris feu.

© Christian Larnet pour Dreuz.info.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Articles à lire aussi

Faire un don à Peuple de France avec PayPal