Revue de presse - Peuple de France: Violences lors de la manifestation du 1er-Mai : l’opposition cible le gouvernement

Recherche sur le web

mercredi 2 mai 2018

Violences lors de la manifestation du 1er-Mai : l’opposition cible le gouvernement

Les débordements en marge du défilé ont donné l’occasion aux Républicains, comme au Front National, de s’en prendre au gouvernement.


La responsabilité du gouvernement pointée


« Ces milices d’extrême gauche devraient être dissoutes depuis bien longtemps. Mais le problème, c’est que le pouvoir de gauche fait preuve à leur égard d’une mansuétude et maintenant on peut presque dire d’une complicité », a ainsi dénoncé la présidente du FN, Marine Le Pen.

Laurent Wauquiez, président des Républicains (LR), a pour sa part regretté de « terribles images pour notre pays », dans un tweet. « Faillite de l’État régalien. Il est urgent de rétablir l’autorité : soutien total à nos forces de l’ordre qui font face à ces voyous », a ajouté le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes.


Le député LR des Alpes-Maritimes, Eric Ciotti, a de son côté estimé que « jamais de telles violences n’avaient été commises à Paris lors d’une manifestation depuis Mai-68 », en raillant « l’autorité de Macron », qu’il a qualifié de « tigre de papier ».


L’une des porte-parole des Républicains, Lydia Guirous, a également raillé Emmanuel Macron, qui « continue son road show de banquier d’affaires en Australie en oubliant les Français et leur sécurité qui est pourtant sa mission première », en déplorant que « l’État se délite dans Paris ».

Florian Philippot, président des Patriotes, a pour sa part laissé entendre dans un tweet que « le gouvernement a refusé d’anticiper » le « déferlement de violence », « à en croire plusieurs syndicats policiers », qu’il n’a pas nommés.

[...]

En savoir plus sur lemonde.fr


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Soutenez Peuple de France en faisant un don.



Articles à lire aussi