Revue de presse - Peuple de France: Un homme condamné pour avoir arraché le voile intégral d'une femme

mardi 22 mai 2018

Un homme condamné pour avoir arraché le voile intégral d'une femme

Un retraité de 70 ans n'avait pas supporté de voir une femme vêtue d'un niqab dans un centre commercial. Une tenue qui est interdite dans l'espace public.

Le 17 octobre 2015, en début d'après-midi, Sarah*, habillée d'un voile intégral, se balade avec sa sœur au centre commercial de Gruchet-le-Valasse, une commune d'un peu plus de 3 000 habitants, située entre Le Havre et Rouen. Elle croise sur son chemin Didier, 70 ans. Ce retraité de l'armée de terre lui rappelle alors que la loi de la République prévaut sur celle de l'Islam. Et qu'il est interdit, en France, de porter un niqab dans l'espace public.


Sarah refuse de l'ôter, et éclate alors une altercation. Selon le récit de la plaignante à la police quelques minutes après les faits, Didier aurait essayé de la prendre en photographie avec son téléphone portable et l'aurait insultée, avant de soulever son voile en tirant dessus. Une version contestée par l' intéressé. Didier affirme n'avoir formulé qu'un rappel à la loi et avoir fait semblant de prendre un cliché de la jeune femme.

En septembre 2016, le retraité est finalement renvoyé devant le tribunal correctionnel du Havre pour violences volontaires avec la circonstance aggravante d'avoir commis des faits en raison de la « religion » de Sarah.

Estimant que les témoignages de la sœur de Sarah et de son amie ne sont pas objectifs, que le certificat médical ne repose que sur les déclarations de la plaignante et que le terme « religion » n'apparaît à aucun endroit dans la procédure, le tribunal correctionnel a relaxé Didier des faits qui lui étaient reprochés. Le parquet, Sarah et le collectif contre l'islamophobie en France (CCIF), qui s'était constitué partie civile, ont fait appel.

Lundi 15 janvier 2018, Didier comparaît donc devant la cour d'appel de Rouen. Le prévenu revient alors sur ses premières déclarations. Il reconnaît avoir « frôlé » accidentellement le voile de la plaignante. Cette affirmation ne convainc pas les magistrats : « Contrairement à ce qu'a considéré le tribunal correctionnel, ce simple fait, consistant à retirer un voile du visage d'une femme pour la photographier, est constitutif d'une violence, dès lors qu'il est pratiqué de force, avec une certaine agressivité, et sans l'assentiment de l'intéressée », peut-on lire dans l'arrêt.

Les juges ajoutent qu'un comportement « civique » aurait été d'indiquer à la femme vêtue d'un niqab qu'elle était en infraction avant de « solliciter le cas échéant l'intervention des forces de l'ordre ». « En contraignant Sarah à retirer le voile qui lui dissimulait le visage, Didier a nécessairement entendu critiquer la manière dont elle pratiquait sa religion », relèvent les juges, qui estiment donc le motif religieux des violences caractérisé. La cour condamne le retraité à une amende de 300 euros

* Les prénoms ont été modifiés 

[...]

En savoir plus sur lepoint.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Articles à lire aussi

Faire un don à Peuple de France avec PayPal