Peuple de France: Le maire socialiste de Sainte-Terre veut interdire le drapeau de la France libre accroché à une fenêtre

Alerte info

Flash info : Flash info

vendredi 18 mai 2018

Le maire socialiste de Sainte-Terre veut interdire le drapeau de la France libre accroché à une fenêtre

Capture d'écran
Ce drapeau de la France libre qui dérange un maire socialiste

Un habitant de Sainte-Terre, en Gironde, a accroché à sa fenêtre un drapeau français à croix de Lorraine. L'élu de cette bourgade de 2000 habitants souhaite prendre un arrêté pour l'interdire.


Le drapeau de la France libre est-il un «signe ostentatoire», «gênant» pour une «commune paisible» ? Lorsqu'il s'est installé il y a deux ans à Sainte-Terre, une bourgade de 2000 habitants, en Gironde, Christophe a accroché un drapeau bleu-blanc-rouge à sa fenêtre. Il y a quelques mois, il l'a remplacé par un étendard «plus patriotique»: celui de la France libre, avec une croix de Lorraine au centre. Sauf que ce n'est pas du tout du goût du maire, socialiste.....

C’est sûr que ça dérange !

 » Un habitant de Sainte-Terre, en Gironde, a accroché à sa fenêtre un drapeau français à croix de Lorraine.  »

Le maire, socialiste, de cette petite ville de 2000 habitants veut le faire enlever, menaces à l’appui.

La lettre que le maire a adressée à cet habitant – qu’il voudrait voir qualifier de contrevenant, sans doute ! – mentionne « que plusieurs personnes de la commune et des communes environnantes sont surprises et interpellées de voir à longueur d’année le drapeau que vous avez mis sur la façade de votre maison. ».

Il paraît, selon le maire, que : sa ville « se veut être une commune paisible », le maire ajoute que « tout signe ostentatoire devient gênant pour la quiétude recherchée ».

Des  » signes ostentatoires gênants pour la quiétude  » , on en voit tous les jours, et aucune autorité ne s’en offusque !

Vive le drapeau de la France Libre.
Vive la France Libre !


1 commentaire:

Participer à la discussion

Soutenez Peuple de France en faisant un don.



Lire aussi