Revue de presse - Peuple de France: Bientôt des centaines de djihadistes remis en liberté !

samedi 26 mai 2018

Bientôt des centaines de djihadistes remis en liberté !

Entre les revenants attendus et les sorties de prison futures, des centaines de tueurs potentiels vont menacer l’ensemble du territoire, d’autant plus que police, renseignement et justice sont déjà au taquet.

La France décroche dans tous les domaines mais elle reste sur le podium en matière de terrorisme. Elle est le pays le plus touché par les attaques jihadistes.


Selon un rapport du Centre d’analyse du terrorisme, 15 attentats, 10 tentatives et 48 projets déjoués ont ciblé la France entre 2013 et 2017.

Et 2018 n’est pas en reste !

Malheureusement, contrairement au discours de l’exécutif, il n’y a aucun durcissement de la politique pénale.

Sur 238 islamistes radicaux jugés pour implication dans les filières djihaidstes en Irak ou en Syrie, 202 ont été jugés par un tribunal correctionnel et seulement 27 par une Cour d’assises. Un tiers sont des revenants.

La moyenne des peines est de 9 à 10 ans de prison. C’est peu.

Ce qui fait que 51 détenus ont déjà été libérés et que d’ici 2023 il y aura encore 111 djihadistes libérés venant s’ajouter aux 51 précités (source Figaro).

Autant dire que le risque terroriste va s’amplifier.

La France est bien une terre de djihad et si 350 djihadistes sont rentrés en France, près de 1300 sont encore sur zone.

Entre les revenants attendus et les sorties de prison futures, des centaines de tueurs potentiels vont menacer l’ensemble du territoire, d’autant plus que police, renseignement et justice sont déjà au taquet.

La section antiterroriste du parquet traite 513 dossiers contre seulement 20 en 2012 ! (Figaro).

Les réseaux sociaux font des ravages chez les plus jeunes et chez les filles.

La guerre que mène la France contre le terrorisme n’en est qu’à ses débuts.

Il y a en France des dizaines de Molenbeek où les policiers ne peuvent plus entrer comme l’ont montré divers incidents récents. Et l’exécutif reste les bras ballants.

Dès qu’une voiture de police entre dans une cité, elle est contrainte de se replier sous la menace des bandes. Les scènes de capitulation de l’Etat sont devenues la norme.

C’est dans ce milieu que vont évoluer les revenants et les détenus libérés.

Ce n’est pas en Irak ou en Syrie qu’il faut envoyer nos soldats, mais dans les cités hors-la-loi, où dorment des milliers d’armes de guerre, qui attendent leur heure pour semer la mort dans tout le pays.

Comment la France peut-elle combattre le djihad sur son sol, alors qu’une centaine de squatteurs font la loi à NDDL ?

Les banlieues sont un volcan en ébullition et Macron ne parle que social et discrimination positive pour faciliter l’intégration ! Du délire.

Jacques Guillemain pour ripostelaique.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Articles à lire aussi

Faire un don à Peuple de France avec PayPal