Revue de presse - Peuple de France: Attaque au couteau à Paris: la religion de paix a encore frappé

dimanche 13 mai 2018

Attaque au couteau à Paris: la religion de paix a encore frappé

En fin de soirée à Paris, un homme a égorgé plusieurs passants. L’assaillant a été neutralisé. Il y a 1 mort et 4 blessés, dont 2 dans un état critique. Aucun média ne s’interroge sur les raisons pour lesquelles des musulmans commettent des attentats terroristes.

On sait qui est responsable de cet attentat : c’est l’Etat français. Le terroriste était fiché S, et la France a décidé de laisser les fichés S, des individus dangereux, en liberté parmi des citoyens qui n’ont pas le droit de se protéger, et qui n’ont plus le droit à la légitime défense sans risquer les foudres de la justice.

Le terroriste, Khamzat Azimov, est né en 1997 en Tchétchénie et il a été naturalisé Français en 2010. Il était fiché S en raison de son appartenance à l’islam le plus authentique, donc terroriste. Le père et la mère du terroriste ont été placés en garde à vue.

Place de l’Opéra à Paris, samedi 12 mai, 20 h 47 (selon le premier appel à la police), pendant qu’à l’Eurovision les bobos chantaient la chanson de « Madame Monsieur » pour plus d’immigration, un homme armé d’un couteau a tué une personne et en a blessé quatre lors d’un attentat terroriste.

 L’agresseur a ensuite été abattu par la police dans le quartier de l’Opéra. Des témoins disent l’avoir entendu crier « Allahou Akbar ». Si le policier n’avait pas été armé, le bilan aurait été beaucoup plus lourd, mais évidemment, lorsque le président Trump dit cela, les médias et les dirigeants français hurlent à l’outrage. L’État islamique (ISIS) a déclaré plus tard que l’un de ses soldats a mené l’attaque de samedi soir.

Comment les événements se sont-ils déroulés ?


L’attentat s’est déroulé dans un quartier de Paris réputé pour sa vie nocturne. Le musulman a commencé à poignarder les passants vers 20 h 50 heure locale dans la rue Monsigny. Gloria, 47 ans, était sur place : «On a croisé quelqu’un qui sortait de l’immeuble et qui a dit avoir vu l’assaillant égorger quelqu’un. Des gens se sont réfugiés dans le bar »

Il a également essayé d’entrer dans plusieurs bars et restaurants, mais a été bloqué par des gens qui se cachaient à l’intérieur. La police est arrivé au bout de cinq minutes selon un témoin. Elle a d’abord essayé d’arrêter l’agresseur avec un pistolet paralysant. Le terroriste a foncé sur eux en criant « je vais vous tuer », puis « tuez-moi ou je vous tue ». Un des policiers à tiré deux balles et l’a tué. Soit 9 minutes après l’attentat selon le chef du gouvernement. Et Edwy Plenel pose avec un t-shirt « la police assassine ».

La palme de l’intox revient sans doute au Parisien. Les journalistes, Romain Baheux, Florian Loisy, Jean-Michel Décugis et Jeremy Pham-Lê se sont fendus de ce commentaire qui fera date en termes de désinformation pour faire croire que l’islam n’a rien à voir avec l’attentat :

« Malgré la revendication de Daech… [que] la section antiterroriste du parquet de Paris a été saisie [et que] l’homme aurait crié « Allah Akbar »,  les motivations de l’agresseur demeurent incertaines. »

[...]

En savoir plus sur dreuz.info

Aucun commentaire:

Articles à lire aussi