Peuple de France - Revue de presse française: Le soi-disant volontarisme de Macron, un an après, les Français n'en peuvent plus

Alerte info

Flash info : Flash info

dimanche 1 avril 2018

Le soi-disant volontarisme de Macron, un an après, les Français n'en peuvent plus

Ses tonitruants "J'assume!" ne résonnent plus comme de l'autorité, mais comme une forme de mépris pour le débat démocratique et les Français.

Le président de la République, le premier ministre et le gouvernement entrent dans une période de gros temps et de difficultés venues d'horizons divers. Et, même s'il convient de rester prudent, tout laisse à penser que nous ne sommes pas devant une situation simplement conjoncturelle, mais que la vague macroniste entame son reflux.

Si aucun sondage n'a de signification en soi, leur convergence en revanche ne peut être ignorée. Or, on constate une baisse marquée et continue de la popularité du Président dans quasiment tous les sondages depuis le début de l'année.

Au-delà des sondages, l'image globale du Président se dégrade et ce qui initialement était vu comme autant de qualités (jeunesse, audace, qui fait "bouger les lignes") cède peu à peu le pas à une image beaucoup plus négative.

Ce qui était vu hier comme du "volontarisme" apparaît aujourd'hui de plus en plus comme une forme d'autoritarisme et la présidence jupitérienne se métamorphose en simple césarisme. Et ses "j'assume!" tonitruants qui se multiplient ne sont plus lus comme ceux d'une autorité qui trace un chemin, mais comme les mouvements d'impatience d'un pouvoir qui refuse le débat démocratique et la concertation.

Par ailleurs, depuis longtemps une partie de l'image de Macron renvoie à une forme d'arrogance et de mépris qui sont, en partie, le prix qu'il paye pour avoir construit l'image d'une personnalité "exceptionnelle" et théorisé et mis en scène la "verticalité". Ses déclarations sur "ceux qui ne sont rien" versus "les premiers de cordée", les "jaloux" les "fainéants", ceux "qui foutent le bordel au lieu de chercher du travail", etc., ont renforcé cette image.

Celui qui agit beaucoup et sur tous les fronts s'efface devant celui qui communique beaucoup. Après la série de cartes postales illustrées ("Macron footballeur", "Macron pilote d'avion", "Macron pompier", etc.) du début du quinquennat, le président sature désormais l'espace médiatique de sa "sobriété" et de sa "gravité", de sa "proximité avec les Français" et de sa vie intime; après la visite privée du château de l'Elysée, après la poule, son œuf et le bébé panda, nous avons été conviés à sa visite "privée" du Taj Mahal... avec une cohorte de journalistes!

Le risque étant qu'après la sidération vienne le temps de la saturation.

[...]

En savoir plus sur huffingtonpost.fr

Aucun commentaire:

Articles à lire aussi

Soutenez Peuple de France en faisant un don.