Revue de presse - Peuple de France: Un tsunami migratoire africain dévastateur annoncé

Recherche sur le web

mercredi 4 avril 2018

Un tsunami migratoire africain dévastateur annoncé

Le chaos s’installera et la plus belle civilisation de l’humanité, la civilisation occidentale et chrétienne, disparaîtra sous les coups des barbares qui s’entre-tueront.


Sur la planète, il existe encore quelques pays de bon sens, bien administrés. Ils sont rares, mais ils existent. En Europe, on peut citer
la Suisse, peut-être la Finlande. En Asie, c’est la cité-État de Singapour, un État démocratique modèle parfaitement organisé et efficace qui s’enorgueillit de la meilleure compagnie aérienne du monde. À la rigueur, on peut citer aussi la Corée du Sud et Taïwan. En Amérique, le Canada. Point final.

En Europe, l’Italie, l’Espagne, et surtout la France sont des contre-modèles absolus. Quelques pays ont le courage, malgré leur faiblesse, de lutter contre l’invasion migratoire qui déferle sur l’Europe. Il s’agit de la Hongrie, de la Tchéquie, de la Slovaquie, de la Croatie, de l’Estonie et de la Lituanie qui, avec le Portugal, ont refusé la totalité des demandes d’asile, la Pologne s’efforçant d’agir de la même façon.

En Asie, citons le Japon qui, en 2015, n’a accordé que 25 statuts de réfugiés et en 2016, 600 à des Coréens fixés au Japon de longue date. La France, elle, a dispensé le droit d’asile avec indemnité, logement et soins, à quelque 100 000 migrants en 2016, en majorité des Africains et des musulmans !

L’invasion en cours de l’Europe de l’ouest est un défi immense et vital décrit par Stephen Smith, spécialiste de l’Afrique, dans l’ouvrage qu’il vient de faire paraître, « La ruée vers l’Europe », d’où sont tirées les informations vérifiées ci-après.

Aujourd’hui, 510 millions d’Européens vivent au sein de l’Union européenne et 1,3 milliard d’Africains leur font face sur le continent voisin. Dans 35 ans, ce rapport sera de l’ordre de 450 millions d’Européens pour quelque 2,5 milliards d’Africains, soit 5 fois plus. Passons maintenant aux précisions indéniables.

Officiellement, depuis 2007, 2 millions d’Africains sont entrés en Europe. Selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), ces 2 millions – chiffre officiel probablement minoré – se sont ajoutés à un « stock » de migrants africains déjà fixés en Europe estimé en 2016 à 9 millions. En 1960, ils étaient au-dessous de 900 000.

Après la colonisation européenne qui apporta à l’Afrique les premiers éléments de la sécurité, de l’hygiène et du développement, on constate une fulgurante croissance des populations, qui aboutira à une multiplication par 16 du nombre d’Africains entre 1930 et 2050. Le mouvement est en marche. En 2100, sur un total mondial d’un peu plus de 11 milliards d’habitants dans le monde, 40 % seront africains, la majorité d’entre eux étant sans qualification.

Prenons le cas du Zimbabwe (ancienne Rhodésie), qui comptait 700 000 habitants en 1900 et 16 millions en 2017. Si le nombre des Français avait augmenté dans les mêmes proportions, l’Hexagone compterait aujourd’hui 855 millions d’habitants !

Plus près de la France, au Sahel francophone, où les populations devraient tripler d’ici 2050, la population devrait se situer alors autour de 350 millions. Si la population de la France augmentait de la même façon, elle serait de 420 millions !

S’agissant du Nigéria, sa population a été multipliée par 4,5 depuis l’indépendance et la population de sa capitale Lagos par 60. Dans cette immense agglomération, le tout à l’égout est inexistant. C’est le plus grand cloaque du monde, dans lequel, écrit Stephen Smith, les habitants, abandonnés à eux-mêmes, se lavent et se procurent l’eau à boire et à faire la cuisine !

On ne s’étonnera donc pas que Stephen Smith ait noté que, dans leur majorité, les populations africaines, hormis l’infirme minorité des privilégiés officiels et généralement corrompus, souffre de malnutrition chronique. Près de 100 millions d’enfants en âge scolaire sont anémiques, malgré les centaines de milliards de dollars déversés chaque année sur le continent par les nations occidentales, la France en tête.

On ne peut passer sous silence non plus le Sida, cette grave affection originaire de l’Afrique centrale (Congo et Rwanda), qui, par suite de la décolonisation, s’est répandue dans le monde entier.

Il demeure – il faut le souligner – que la population africaine en âge de travailler va quintupler au cours des 40 prochaines années. Pour l’absorber, il faudrait créer en Afrique 420 millions d’emplois, ce qui, évidemment, n’aura pas lieu. Donc le seul espoir pour la jeunesse innombrable de l’Afrique noire, c’est la fuite vers l’Europe de l’ouest. Les migrants sub-sahariens qui ont réussi à s’y fixer ont envoyé au « pays » en 2013 (la dernière année pour laquelle les données complètes ont été réunies) 33,2 milliards de dollars, ce qui, avec l’aide au développement dispensée par les puissances occidentales, permet aux « petits frères » de rejoindre les « grands frères » à Paris, à Saint-Denis, à Marseille – bref partout.

À ce « flux migratoire », expression autorisée, s’ajoute le droit du sol en vigueur dans toute la France, y compris à Mayotte, département français. Ainsi aura-t-on en France des foules considérables d’Africains assistés par une gouvernance surendettée qui enlève aux Français, dont la natalité est très faible, ce qu’ils ont légitimement acquis, de manière à alimenter la préférence étrangère.

Alors, que va-t-il se passer ? Deux thèses sont en présence. La première veut que, se réveillant enfin et prenant conscience de l’extrême danger de cette invasion, les populations européennes se révoltent et refoulent manu militari les envahisseurs, les rapatriant sur le continent d’où elles viennent. De vastes camps d’hébergement seraient créés. Des millions de migrants y seraient concentrés, puis transportés par convois ferroviaires dans des ports d’où, par paquebots entiers, ils seraient déposés sur les rivages africains. Il va sans dire qu’un tel mouvement n’aura pas lieu pour des raisons humaines, politiques et pratiques. D’autant que les États africains refusent de reprendre les millions de migrants dont ils ont été tout heureux de se débarrasser.

L’autre thèse, beaucoup plus réaliste, est celle de la soumission et de la résignation. Sans doute y aura-t-il quelques mouvements de résistance sporadiques, mais ils ne résoudront pas le problème. Le chaos s’installera et la plus belle civilisation de l’humanité, la civilisation occidentale et chrétienne, disparaîtra sous les coups des barbares qui s’entre-tueront.

Lambert Christian pour les4verites.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Soutenez Peuple de France en faisant un don.



Articles à lire aussi