Revue de presse - Peuple de France: TOULOUSE: AU MIRAIL, LES « RÉUNIONS NON MIXTES » SONT LE QUOTIDIEN

www.peupledefrance.com

Recherche sur le web

vendredi 27 avril 2018

TOULOUSE: AU MIRAIL, LES « RÉUNIONS NON MIXTES » SONT LE QUOTIDIEN

Toulouse Le Mirail. Un quartier et une fac. Deux mythes de la ville rose, le plus souvent pour le pire.

À la fac du Mirail, ZAD universitaire depuis plusieurs décennies – en dépit de professeurs d’exception, ainsi que l’était l’hispaniste Bennassar -, le blocus a été un peu moins médiatisé qu’à Tolbiac, bien qu’il lui soit assez comparable.


Si on compte dans les rangs étudiants toulousains du Mirail de nombreux militants politiques aguerris, plus disciplinés et organisés que la majorité de leurs camarades franciliens, certains des « délires » sont communs, comme l’organisation de réunions « en non mixité », desquelles les blancs sont exclus afin que les personnes de couleur puissent se confier sur leur triste sort sans risquer d’affronter le regard paternaliste et complaisant d’un bobo occidental azimuté. On serait presque tentés de les comprendre, et de leur poser une question : pourquoi ne pas tenter une expérience non mixte dans les cités avoisinantes, qui ne le sont plus depuis longtemps, au grand dam d’une partie de leurs habitants ?

Lire aussi: Toulouse, le contrôle par la police d'une femme portant un niqab dégénère

Au cœur de la Reynerie et de Bellefontaine, parties du Mirail spécifiques classées en zone de sécurité prioritaire, la non mixité entre « racisé-e-s » n’est pas une expérience de sociologie forgée à Berkeley. C’est tout simplement la vie de tous les jours, la plupart des Français d’origine européenne ayant fui ces ghettos depuis longtemps, chassés par l’insécurité, le changement des mœurs, la pression de l’islam, ou l’insalubrité des équipements publics et de l’habitat. Les trois nuits d’émeutes de ces derniers jours ne leur donneront probablement pas envie de revenir.

Lire aussi: TOULOUSE : L’EMBRASEMENT DU MIRAIL S’ÉTEND À D’AUTRES VILLES DE LA RÉGION

[...]

En savoir plus sur lincorrect.org

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Nous avons besoin de vous ! Soutenez Peuple de France en faisant un don.



Articles à lire aussi