Revue de presse - Peuple de France: Témoignage. J’ai quitté la France pour La Hongrie

Recherche sur le web

lundi 9 avril 2018

Témoignage. J’ai quitté la France pour La Hongrie

Viktor Orban

Le témoignage d’Audrey, une Française qui a quitté la France pour vivre en Hongrie, et à qui nous avons demandé de nous raconter son histoire et les raisons de ce choix fort. A quelques heures de la victoire de Viktor Orban aux élections en Hongrie, voici ce témoignage, très intéressant.

Je me prénomme Audrey Szekeres-Loth, j’ai 35 ans, et j’ai quitté la France pour La Hongrie.
Il y a 12 ans de cela, j’ai rencontré mon mari, qui lui est Hongrois. Le début d’une love story et avec elle, le commencement de mon aventure hongroise.

J’ai vécu dans la capitale, Budapest, pendant 10 ans puis nous avons décidé de nous installer autour du lac Balaton, un petit bijou de région, qui est surnommé « la mer hongroise ». Un peu comme le sud de la France, avec ses champs de lavande, ses vignes, ses villages pittoresques et son fameux lac.

Si vous demandez à un Hongrois ce que le lac Balaton représente pour lui, vous verrez que chacun a une histoire avec ce lac : des vacances, son enfance, les baignades, les festivals, les « langos », le vin…

Avant de prendre mes quartiers définitivement en Hongrie, j’ai toujours été en transit pour mon travail entre La France et La Hongrie. C’est d’ailleurs sur mon lieu de travail que j’ai rencontré mon mari.

Puis, est venu le moment du changement, où j’ai décidé d’arrêter ce transit entre La France et La Hongrie et j’ai décidé de m’installer définitivement dans ce magnifique pays et d’y travailler également.

Pour ma part, ce fut, au départ, un changement autant de culture, de mentalité, de langue, de coutume. Mais, à l’heure qu’il est, aucun regret, bien au contraire.

Aujourd’hui je me sens plus hongroise que française. Je suis totalement intégré autant dans ma famille, mon entourage, mon lieu de travail (je suis réceptionniste dans une pension). À savoir qu’au départ je ne parlais pas Hongrois mais juste anglais et allemand et que même avec ces langues j’ai pu m’intégrer.

J’aime ce pays, autant pour son avancée et son regard vers le futur, sa façon d’évoluer depuis la fin du communisme et sa façon de se comporter vis-à-vis de ses confrères de l’Europe de l’Ouest.

Malheureusement, pour beaucoup, la Hongrie est encore considérée comme un pays de l’Est, alors qu’il faut dans un premier temps rappeler que La Hongrie est un pays, si ce n’est le seul, de l’Europe centrale. Elle peut être considérée comme en retard par certains, mais pour moi, qui connais la France et La Hongrie, je peux vous assurer qu’elle n’a rien à envier à ses voisins. Ce pays est libéral, ouvert à la nouveauté, ouvert à l’avancée, ouvert à l’évolution. Il ne reste pas sur ses acquis et voit toujours plus loin.

Avec son entrée dans l’Union européenne, la Hongrie a montré qu’elle était au même rang que les pays de l’ouest. Mais aujourd’hui, avec les questions migratoires, la Hongrie est en désaccord complet avec une partie des pays de l’Union européenne.

La Hongrie est un pays fier, aux origines anciennes et qui veut avant tout protéger son peuple et décider elle-même avec qui elle veut ou non cohabiter. C’est bien pour cela qu’elle refuse catégoriquement l’entrée des migrants et les quotas imposés par l’UE. C’est un combat fort, que mène depuis le début le Premier ministre Orban.

À noter qu’au fur et à mesure de son action, nombreux sont les pays qui ont ouvert les yeux et décider d’appuyer et soutenir cette politique. La Hongrie, grâce à cette volonté de ne pas s’ouvrir à l’immigration, est un pays extrêmement sûr. Avez-vous entendu parler de quelconque explosion, quelconque attentat, quelconque violence comme cela a pu être le cas à Paris, à Nice, à Londres, en Suède, en Allemagne ?

En Hongrie, à Budapest ou encore dans les autres régions du pays, nous n’avons pas peur de nous promener de jour comme de nuit, nous nous sentons libres et en sécurité.

Et justement, la Hongrie voit d’un mauvais œil ces tragédies qui arrivent dans les autres pays, et n’arrive pas à comprendre pourquoi ces autres pays et leur dirigeant persistent à vouloir mettre en danger ses habitants. Pourquoi et au nom de quoi jouer avec la vie de ses habitants ? La Hongrie pense avant tout au bien-être des siens, et je trouve que cela est plus qu’appréciable.

Moi, aujourd’hui, je suis attristée de voir la dégradation de la France, d’entendre qu’il faut s’y habituer. La France fut grande et colorée, mais aujourd’hui elle est en danger et perd de sa grandeur. À trop vouloir être ouvert, on en a perdu nos valeurs et nos idéaux.

Alors, pour ceux qui n’ont pas encore eu la chance et le plaisir de découvrir ce pays qu’est la Hongrie, n’hésitez plus une seconde. La Hongrie attire autant d’un point de vue touristique, mais aussi professionnel. Il existe de nombreuses entreprises internationales basées le plus souvent à Budapest qui sont ouvertes à employer des francophones.

Certes, les salaires ne sont pas encore à égal avec les pays de l’ouest, mais on peut y trouver son compte.

Pour conclure, je dirais juste que j’apprécie pleinement ma vie en Hongrie et que je compte bien y rester encore et encore. Et à l’heure actuelle, si on me demandait de choisir entre la France et la Hongrie, je choisirais sans hésitation la Hongrie.

Audrey

Source: breizh-info.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Soutenez Peuple de France en faisant un don.



Articles à lire aussi