Peuple de France - Revue de presse française: Racisme anti-blanc et collectif féministe à la fac de Nantes

Alerte info

Flash info : Flash info

mardi 10 avril 2018

Racisme anti-blanc et collectif féministe à la fac de Nantes

Image d'archive.

Le Collectif Féministe Racisé de l’Université de Nantes en Lutte. Voilà comment se présente un nouveau groupe ayant émergé des dernières semaines de grève étudiante sur le campus du Tertre. Une première réunion en « non-mixité racisé.e.s » a déjà eu lieu.



Sans les Blancs

Ce Collectif Féministe Racisé de l’Université de Nantes en Lutte a donc tenu sa première réunion le 6 avril dernier. Dans un communiqué publié sur Facebook, l’organisation explique que son ambition est de « constituer un groupe autonome » afin d’affirmer la place des « racisé.e.s » au sein du mouvement étudiant.

Une seconde réunion est prévue le mercredi 11 avril dans l’un des amphithéâtres du campus du Tertre. Toujours en « non-mixité racisé.e.s », les « hommes cis » sont toutefois les bienvenus.

Cela étant dit, cette novlangue mérite un décryptage. La « non-mixité racisé.e.s », malgré l’écriture inclusive dont use le collectif, est bien fondée sur un principe d’exclusion. Celle des hommes blancs en particulier. Quant à l’acceptation des « hommes cis » dans cette réunion en non-mixité raciale, il faut simplement comprendre que les hommes non-blancs et dont le genre attribué à la naissance correspond au genre auquel ils se sentent appartenir sont conviés.

Les « racisé.e.s » trop peu représenté.e.s

Ce premier communiqué n’a pas manqué de soulever des interrogations dans les commentaires de la page Facebook en question. Au point qu’un deuxième texte a été publié le 9 avril pour éclaircir le sujet. Et c’est à une charge en bonne et due forme contre l’homme blanc que nous assistons.

Il faut dire que l’antifascisme et l’antiracisme forcené du mouvement gréviste nantais sont confrontés à une réalité peu en accord avec les principes de ce dernier : les assemblées générales sont gérées dans leur immense majorité par des hommes et des femmes blancs. Ce que vient donc dénoncer le Collectif Féministe Racisé.

Assurant que « la non-mixité est un outil de lutte politique », il s’agit pour les membres du groupe de répondre à « un besoin de se rassembler pour échanger et organiser les luttes ». « Un besoin légitime, qui est à respecter ».


« Non-mixité » pas raciste ?

« Non, choisir de se rassembler en non-mixité n’est pas raciste », affirme aussi le communiqué. Tous les racismes ne se vaudraient pas selon les organisateurs de ces réunions.

[...]

En savoir plus sur breizh-info.com

Aucun commentaire:

Articles à lire aussi

Soutenez Peuple de France en faisant un don.