Peuple de France - Revue de presse française: Paris : Mort d’un homme de 39 ans, futur papa, massacré par trois « jeunes »

Alerte info

Flash info : Flash info

dimanche 1 avril 2018

Paris : Mort d’un homme de 39 ans, futur papa, massacré par trois « jeunes »

Un homme de 39 ans est mort, mardi 29 mars à 22 h. 45, rue Versigny, dans le 18e arrondissement de Paris. Pour lui voler son portable et son casque de scooter, trois jeunes agresseurs l’ont tué. Cet homme allait tout juste connaître l’un des plus beaux jours de sa vie, il allait être « Papa » !


Ce n’est pas un imprévisible attentat terroriste, c’est bien pire ! Quelques semaines plus tôt une vieille dame a été assassinée dans le XXe arrondissement.


De très nombreuses plaintes pour agressions, vols, arrachage de portable, etc. sont déposées dans les commissariats de ces arrondissements du nord de la capitale et, aujourd’hui, ils ont peut-être tué ?

C’est bien pire qu’un attentat terroriste, ai-je écrit, parce que les agresseurs sont connus, et des services de police et de la mairie de Paris et des habitants de ces quartiers nord : il s’agit d’une horde de jeunes clandestins étrangers (ce ne sont pas des enfants, comme on veut nous le faire croire) d’une quinzaine d’années, de nationalité marocaine, qui sévit dans ces arrondissements depuis plusieurs mois où ils deviennent de plus en plus agressifs.

Ils occupent le quartier de la Goutte d’Or et ils sont une centaine, selon l’Office français de l’immigration et de l’intégration.

Ils sont définis comme : « Une bande de voleurs très violents qui inquiètent les autorités ».

Ils comptent des dizaines d’agressions à leur actif.

Certains ont été appréhendés par la police puis relâchés (Ne sont-ils pas des enfants !).

Quels réseaux mafieux les ont conduit jusqu’à Paris ? Comment ont-ils pu traverser l’Espagne puis la France ? En camions, certains en se faufilant dans les TGV ?

Au Maroc on trouve ces bandes dans de nombreux quartiers, notamment à Tanger, principal lieu de départ vers l’Europe et, surtout, la France.

La première urgence, pour la mairie de Paris et les associations subventionnées, serait de créer un lien, de créer de la confiance, afin de mieux répondre à leurs demandes.

Des éducateurs arabophones sont même mobilisés.

« Il faut mettre en place une vraie politique d’accueil. L’objectif est de sortir ces jeunes de la rue » confie une adjointe à la mairie.

Des centres d’accueil vont être ouverts dans les prochains jours pour les accueillir.

Excellente résolution ! Les réseaux mafieux qui se chargent de leur transfert vers la France se réjouissent de cette décision. Ils n’attendent que cela afin que le flux ne tarisse pas et soyez certains qu’il y a peu de chance qu’il tarisse, puisque « la première urgence » est de les accueillir !

Ces arrondissements parisiens sont devenus, grâce au laxisme de notre justice, de certains de nos magistrats, et de la mairie de Paris, de véritables « coupe-gorge ».

J’ai habité ce 18e arrondissement vers la fin des années 60, plus exactement rue Lamarck, et j’en ai gardé un excellent souvenir. Se promener jusqu’à la Place du Tertre, descendre « faire le marché » et  prendre un café rue du Poteau, était un véritable plaisir et vous ne risquiez même pas votre peau en traversant la rue Myhra, le Boulevard Ornano, la rue Clignancourt, ni de prendre le métro à « Château rouge ».

Un policier de la BST (Brigade spécialisée de terrain) a même était gazé récemment à l’aide d’une bombe lacrymogène, par l’un de ces « enfants ».

Ils sont eux-mêmes en situation de danger, certes, l’un des plus jeunes s’est déjà fait égorger, mais ils mettent surtout la population de ces arrondissements en situation de danger.

J’ai vécu mes plus belles années dans ce Paris que les moins de 30 ans ne pourront plus connaître, et ce ne sont pas les vieux parisiens qui me contrediront !

Ces jeunes voyous, pour certains devenus peut-être des criminels, n’ont rien à faire dans notre pays.

Dès leur première arrestation, et pour ceux qui sont déjà emprisonnés, dès la fin de leur peine, ils doivent être expulsés immédiatement.

L’objectif est de les empêcher de pénétrer en France et, pour ceux qui y sont déjà, et non pas encore été appréhendés, les renvoyer vers le Maroc, pour les marocains, et vers leurs pays d’origine pour les autres.

C’est cela la priorité ! Pas de les laisser « pourrir » la vie quotidienne des parisiens !

Manuel Gomez pour ripostelaique.com

Aucun commentaire:

Articles à lire aussi

Soutenez Peuple de France en faisant un don.