Revue de presse - Peuple de France: Un fiché S, sorti de prison quelques mois plus tôt, recherché après le meurtre de son colocataire

Recherche sur le web

lundi 16 avril 2018

Un fiché S, sorti de prison quelques mois plus tôt, recherché après le meurtre de son colocataire

La rue de la Mairie à Morigny-Champigny a été interdite à la circulation jeudi soir. Les policiers tentaient d’entrer dans l’appartement d’un fiché S qui aurait tué son colocataire, un quinquagénaire bien connu dans la commune.

Les enquêteurs tentaient de pénétrer dans l’appartement de Fred, un quinquagénaire, vraisemblablement battu à mort par son colocataire, un homme fiché S âgé d’une trentaine d’années, sorti de prison quelques mois plus tôt.
« Il y avait le risque que l’appartement soit piégé », indique une source proche du dossier.

Car c’est l’auteur présumé de cet homicide qui aurait lui-même téléphoné aux policiers quelques minutes plus tôt, leur expliquant qu’il avait frappé celui qui l’hébergeait, et qu’il était mort sous ses coups. Il est aujourd’hui activement recherché, tout comme l’un de ses amis qui logeait juste en dessous et dont le niveau d’implication dans les faits reste à déterminer. « On nous a demandé de fermer notre établissement durant l’intervention de la police et nos clients ne devaient pas sortir », relate la gérante du bar de la Mairie.

En ville, nombreux sont ceux qui ont eu « des mots » avec l’un des hommes en fuite. « Ils étaient radicalisés tous les deux, assure un voisin. On entendait qu’ils regardaient des vidéos de propagande, depuis quelques mois, ça avait remplacé les disques de Sardou dont Fred était un fan. » « L’un des deux se promenait en djellaba et parlait mal », reprend un autre. « On était inquiets, pour nous comme pour Fred », confie un troisième.

Car la victime est un personnage dans ce village : placé sous curatelle et sous traitement médical, il ne travaillait pas et passait ses journées dehors à discuter avec tous les habitants. « Il était d’une telle gentillesse, le cœur sur la main, il faisait les courses de tout le monde », rapporte une retraitée. « Il demandait une cigarette et puis entamait la discussion », sourit un proche.

[...]

En savoir plus sur leparisien.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Participer à la discussion

Soutenez Peuple de France en faisant un don.



Articles à lire aussi